Jdi na obsah Jdi na menu
 


Le mouvement des Gilets jaunes

17. 11. 2018

Depuis le 17 novembre, un mouvement hétérogène, parti des réseaux sociaux, sans chefs ni coordination, effectue des blocages de routes et aussi de centres logistiques, raffineries, entrepôts, lycées et des manifestations contre la hausse des taxes sur le carburant et expriment plus largement un "ras-le-bol" quant aux politiques du gouvernement Macron. (Street Politics)

6 décembre 2018 : menaces du président Macron et tremblements européens

5 décembre 2018 : du moratoire à l'annulation de la taxe

3 décembre 2018 : 72% des Français soutiennent le mouvement

1er décembre 2018 : mobilisation et émeutes

26 novembre 2018 : un nouveau député brandit "le drapeau de la résistance"

25 novembre 2018 : un soutien inattendu

24 novembre 2018 : heurts sur les Champs-Elysées

21 novembre : assemblée nationale, Belgique, Bulgarie : le mouvement s'étend

17 novembre 2018 : début du mouvement des Gilets Jaunes

***

Constatant la faiblesse et l'incohérence de la réponse du gouvernement et de la présidence, le mouvement de contestation prend de l'ampleur, c'est toute l'Union européenne qui menace dorénavant de s'effondrer...malgré les menaces à peine voilées du président Macron :

Belgique, Allemagne, Serbie... Les "gilets jaunes" français font des émules à l'étranger

06/12/2018

Le mouvement perdure, malgré l'annonce de l'annulation de la hausse des taxes sur le carburant, mercredi 5 décembre. Sur les réseaux sociaux notamment, des "gilets jaunes" appellent à un "acte 4", samedi, à Paris. L'Elysée craint un mouvement "d'une grande violence", avec "un noyau dur de plusieurs milliers de personnes" qui se rendraient dans la capitale "pour casser et pour tuer". 

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/belgique-allemagne-serbie-les-gilets-jaunes-francais-font-des-emules-a-l-etranger_3085781.html

05/12/2018

Mardi, Edouard Philippe avait évoqué un moratoire de six mois sur la hausse de ces taxes. Ce mercredi, devant les députés, le Premier ministre a expliqué que le gouvernement renoncerait définitivement à la hausse des taxes sur les carburants s'il ne trouvait pas les "bonnes solutions" sur le pouvoir d'achat lors de la concertation locale décidée pour répondre à la crise des "gilets jaunes".

Mais le président de la République a donc souhaité clarifier la situation, précise l'Elysée, l'augmentation n'est pas "suspendue, ni différée", mais bien "annulée".

https://www.francetvinfo.fr/economie/impots/reforme-fiscale/emmanuel-macron-s-est-oppose-en-conseil-des-ministres-a-tout-retablissement-de-l-isf_3086267.html

"Gilets jaunes" : 72% des Français soutiennent le mouvement après le 1er décembre

publié le 03/12/2018 à 06:42

INFO RTL - 72% des Français soutiennent encore le mouvement des "gilets jaunes" après le rassemblement du samedi 1er décembre, selon notre sondage Harris interactive pour RTL et M6. Ce chiffre est similaire à celui mesuré juste avant le 17 novembre, première journée de mobilisation.

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/gilets-jaunes-pres-de-3-francais-sur-4-soutiennent-le-mouvement-apres-le-1er-decembre-7795787626

1er décembre 2018

« Gilets jaunes » : à Paris, des destructions, des violences et un mot d’ordre, « Macron démission »

Les premiers heurts ont débuté samedi dans la matinée à l’Arc de triomphe et se sont étendus aux quartiers chics de l’ouest de la capitale jusqu’au soir. Banques, boutiques et voitures de luxe, épiceries ont été ciblées par de petits groupes d’émeutiers.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/12/02/gilets-jaunes-a-paris-des-destructions-des-violences-et-un-mot-d-ordre-macron-demission_5391510_3224.html

Publikováno 1. 12. 2018

***

26 nov. 2018

Après Jean Lassale (indépendant), Jean-Hugues Ratenon (France Insoumise) brandit à son tour le gilet jaune, "drapeau de la résistance"

25 novembre 2018

Dans un tweet, l’hôte de la Maison Blanche fait aujourd’hui le parallèle entre le mauvais traitement dont font l’objet les automobilistes français et celui réservé aux Etats-Unis par l’Europe sur le plan commercial

Les Gilets jaunes viennent de recevoir un soutien inattendu dans leur combat en la personne de Donald Trump. Dans un de ces tweets dont il a le secret, le président américain fait un curieux (et incompréhensible) parallèle, ce dimanche, entre leur situation et celle de son pays mal considéré par ses partenaires européens. « Les grandes et violentes manifestations françaises ne tiennent pas compte combien les Etats-Unis ont été mal traités par l’Union européenne sur le plan des échanges commerciaux et du juste paiement de notre GRANDE protection militaire. Ces deux sujets doivent être résolus bientôt », menace-t-il sur son compte Twitter.

https://www.lopinion.fr/edition/international/donald-trump-se-voit-en-gilet-jaune-169802

24 novembre 2018

Journée d'incidents à Paris

Les premiers heurts ont eu lieu dans la matinée et certains manifestants sont restés toute la journée sur l'avenue parisienne.

Des gilets jaunes repoussés par les forces de l'ordre avec du gaz lacrymogène et des lances à eau. Toute la journée, les "gilets jaunes" et les gendarmes se sont affrontés dans des face-à-face tendus et parfois violents. Un jeu du chat et de la souris : à chaque recul, les manifestants reprenaient ensuite position en passant par les rues adjacentes. Objectif : ne pas quitter les Champs-Elysées et se rapprocher le plus possible de la place de la Concorde.

Pour ralentir les gendarmes, des barrages ont été installés au milieu de l'avenue des Champs-Elysées et une remorque de chantier a été incendiée. Certains ont même tenté de s'allonger sur le sol avant d'être délogés. Certains gilets jaunes regrettent les violences commises selon eux par des casseurs. Le ministère de l'Intérieur précise que plusieurs dizaines de personnes ont été interpellés à Paris.

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/video-gilets-jaunes-retour-sur-une-journee-d-incidents-a-paris_3050011.html

 

***

 

17 novembre 2018

Gilets jaunes

Face à la hausse du prix des carburants, de nombreux automobilistes, munis de leur gilet jaune, ont voulu faire entendre leur colère le 17 novembre (2018). Plusieurs opérations de blocages ont été menées dans toute la France le samedi 17 novembre et ont continué dans la semaine qui a suivi. La colère des Gilets jaunes est liée à la hausse des prix du carburant, en partie due au contexte international, mais aussi à l’augmentation de la fiscalité des carburants fixée par l'Etat. En un an, le prix d’un litre de diesel a augmenté de plus de 20% et celui de l’essence de 14%. L'appel vient d'abord des réseaux sociaux. La mèche a été allumée par une pétition. De la pétition, la grogne s'est répandue de pages Facebook, en comptes Twitter, où des citoyens ont pris le relais dans des dizaines de départements pour diffuser et organiser l'appel à bloquer les axes de circulation le samedi 17 novembre. Leur signe de ralliement est le gilet jaune, un symbole simple, visible et efficace, qui n'est pas sans rappeler les Bonnets rouges, qui avaient réussi à faire reculer le gouvernement sur l’écotaxe en 2013.

https://www.ouest-france.fr/societe/gilets-jaunes/

Paris : les bouchons causés par les «gilets jaunes» vus depuis les airs

Publikováno 17. 11. 2018

***

Le jour d'après ! Dans l'Yonne, en ce dimanche 18 novembre, des poignées d'actions à travers le département se sont déroulées. Sporadiques, elles ont beaucoup moins rassemblé qu'hier mais les manifestants semblent vouloir rester mobilisés et comptent même sur le soutien annoncé des routiers ! Le reportage de Baziz Djaouti et Yoann Etienne

France 3 Bourgogne-Franche-Comté

Publikováno 18. 11. 2018

***

 

Le mouvement des Gilets jaunes s’étend en France, en Belgique et en Bulgarie

 

Jean Lassale (député et ancien candidat à la présidence de la République en 2017) a manifesté le 21 novembre 2018 à l'Assemblée nationale. Violant consciemment le règlement de l'Assemblée, il encourt des sanctions financières, voire une interdiction temporaire de siéger.

Publikováno 21. 11. 2018

 

Le mouvement des « Gilets jaunes », qui a débuté le 17 novembre 2018 en France métropolitaine, s’étend dans les départements d’outre-mer, en Belgique et en Bulgarie.

Selon le ministère français de l’Intérieur, le pic des manifestants aurait été atteint le 18 novembre à 17h, avec 287 710 personnes. Il n’existe aucun autre comptage disponible, rendant ce chiffre invérifiable. Au demeurant, il ne rend absolument pas compte de la mobilisation, les manifestants organisant des tours de garde.

Alors que le mouvement est pacifique, des violences ont éclaté de manière sporadique sans que l’on puisse distinguer si elles proviennent de manifestants ou de provocateurs. Elles sont largement rapportées par les principaux médias qui tentent ainsi de discréditer ce mouvement.

Dans un département français de l’Océan indien, l’île de La Réunion, le couvre-feu a été décrété dans 14 des 34 communes.

Le mouvement n’a pas d’organisation et se propage via Internet. Il mobilise principalement les classes moyennes, d’abord dans les zones rurales, et désormais également dans les villes. Il s’insurge contre une pression fiscale excessive.

À l’Assemblée nationale, le 21 novembre, l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2017, Jean Lassalle, a délibérément violé le règlement en portant un gilet jaune durant les séances de questions au gouvernement. Le président de l’Assemblée, Richard Ferrand, a annoncé que des sanctions seront prises à son encontre.

http://www.voltairenet.org/article204033.html

***

Mise en ligne : 23/11/2018 - 21:15 C.E.T.

Dernière mise à jour : 06/12/2018 - 22:12 C.E.T.

 

Komentáře

Přidat komentář

Přehled komentářů

Zatím nebyl vložen žádný komentář