Jdi na obsah Jdi na menu
 


5. 5. 2017
  • A - CYBERLANGUE et CYBERLANGAGES (L’écriture électronique) – DIGLOSSIE- B-L'AUTRE FRANÇAIS (FCC –(Au delà des périph’ http://blog.francetvinfo.fr/chroniques-urbaines/) – Goudailler 1998) „français contemporain“, français parlé courant et populaire (M.Gajos)) – „le langage jeune" (la sous-culture jeune)- parler beur/djeunn‘s /« ziva »/« Racailles » «  langage internet –(minitel)», parlures argotiques, le néo-français, en classe je parle français, à la récré je parle verlan /

D’après l’article de Mieczyslaw Gajos – Université de Lodz – 

Parler en écrivant : le lexique des internautes française

Verbum Analecta Neolatina ; T III – N 1, Budapest , juin 2006, - ISSN 1585-079X, p.p.171-180. 0

1 - le net écit : (les cyberlangages, déjà présents en français dans les années 80 grâce au minitel. La langue jeune prend des formes écrites, elle est transcrite par les locuteurs eux-mêmes sur les blogs / un bloguer/ un blogueur», « twitts -er » et les plates-formes de micro-blogging, les forums, - « chats » -  « chatter » ou « chater »: échanger des messages en temps réel (de l’anglais Internet Relay Chat, le Bulletin officiel 14/8 avril 1999 a proposé la traduction « logiciel de causette », les professionnels utilisent le terme « messagerie instantanée »). Dans ce corpus des cyber-énoncés, on ne trouve pas d'exemple issu des forums en ligne. En général la charte des forumeurs exclut l'usage de la cyberlangue.

Ces formes morphosyntaxiques et lexicales sont 1- empruntées directement au français parlé courant et populaire (ou aux autres langues) ou 2-  crées spécifiquement.

En étudiant l’évolution des formes lexicales et morphosyntaxiques du „français contemporain“‘ Mieczyslaw Gajos suppose que :

Les « chateurs » (cybernautes – cyber-interlocuteurs du cyberespace) répondent immédiatement par écrit, ce qui donne à leurs énoncés une forme d’oral.

2 - le net "oral"/écrit : le langage des Youtubers / Youtubeurs (vidéastespodcasteurs / faire un podcast) :

Depuis 2006 et le corpus étudié par Mieczyslaw Gajos, de nouvelles performances technologiques et leur miniaturisation disponibles à moindre coup, ont permis l’apparition de l’enregistrement de nouveaux énoncés toujours plus nombreux.

Osons Causer (et le forum agoravox.tv), J‘suis pas content, Bonjour tristesse, Cyprien, Norman, Mathieu Sommet, le Raptor Dissident, le Bled’art, Squeezie, Ramsay (rappeur, podacasteur, créateur et vendeur de tee-shirts au puces de Saint-Ouen) Même si le cas du Raptor Dissident est particulier, presque tous les podcasteurs relèvent du paradoxe des Youtubeurs qui parlent* ce qu’ils ont écrit (parler en lisant un téléprompteur).

Acteurs, employés ou entrepreneurs indépendants, récitant/jouant un dialogue préparé à l’avance. Acteurs, mettant sous forme sonore un texte écrit. Locuteurs-rédacteurs affectés par le „paradoxe de l’observateur“ décrit par William Labov (LABOV, Willam. Sociolinguistic Patterns. Philadelphia: University of Pennsylvania, 1972.)

Mais dans ce cadre rigide de l’écrit, il sera toujours possible de saisir des étincelles de spontanéité dévoilant ce langage oral et réel de l’acteur (les bétisiers).

 

  • B - L'AUTRE FRANÇAIS

(FCC) Français contemporain des cités : langue en miroir, langue du refus

Jean-Pierre Goudaillier- 1998 - Comment tu tchatches ! Dictionnaire du français contemporain des cités

  • Verlan
  • « Construction identitaire, nécessaire pour résister aux forces d’exclusion exercées sur eux en France de la part des « de souche », « pots de yaourt », « fromages blancs », c’est-à-dire les Français d’origine ; dans leur pays d’origine, de la part de leur propre communauté, qui les identifie « au bled » comme des Français.  »
  • « Se développe ainsi la volonté de transgresser la norme linguistique et de créer, par instillation de traits spécifiques provenant du niveau identitaire dans le système linguistique dominant, une diglossie, véritable manifestation langagière d’une révolte. »
  •  
  • https://www.cairn.info/revue-adolescence1-2007-1-page-119.htm

 

A- Cyberlangue , écriture électronique / néo-français – la forme graphique du phénomène de diglossie

Observation des formes graphiques des évolutions lexicales et morpho-syntaxiques:

-         Chui ouver a tou.

 

-         Ya dé ga du 91 ? / représente / voir les profils des membres du groupe Osons Causer :  (67 représente !) 94 (banlieue rouge old school représente!))

 

 

  • jessssy67.skyrock.com  - Created: 18/12/2006

titre :  yeniche du 67 represente!!!!!

Description: laisse si t peux pas teste!!!

-  moi je rpz le 68 tu peu pa test le 67 au chiotte /

- moi c 79 tu voi ou c mdrrr /

- moi jreprésente le 85, mé jen sui pa fiere. a par la cote ké simpa ia ke dal a i fair

 

http://jessssy67.skyrock.com/660914050-67-represente.html?p=2&action=SHOW_COMMENTS

 

Le principe de la cyberlangue : une écriture phonétique / phonologique ("on écrit comme on parle",  c'est, en fait, le simple (et génial) principe de la création de l'alphabet) :

a- à chaque phonème un graphème

b- à chaque graphème un phonème

c- aucun graphème vide

 

 d- la septième* fonction du Langage (on se définit en imposant son existence de locuteur, qui exerce sa liberté de communiquer (d’affrimer son existence) en interdisant aux autres de prendre la parole et en leur imposant d’attendre leur tour)

 

Classification des exemples :

 

On utilise é pour le « e fermé » ou le « e ouvert » :

Ya ga / Il y a des gars

- fé – faire  personnes du singuler, -         cé / sé -         simpa -              jen sui pa fiere-         vé - rt si té choqué

 

On remplace les graphèmes composés par des graphèmes simples :

-        Chui pas bo / je ne suis pas beau -

-         t’é o bau ? / tu es au bahut ?

-         tu peu pa

-         si t peux

 

Les graphèmes cc, qu, que, ch, ck sont remplacés par le graphème k

-         okupé / -         tu fé koi / kwa   -       tu m’mank

-         pa la tekno -         bouf ton biftek – ké simpa

 

Les énoncés ci-dessous indiquent une émergence d’une langue agglutinante :

-        cé dung skidiz

-         ché pa skila

-         ché pa tro

-     ia ke dal a i fair

-         kisé ou s’trouv sa barak

-         mameuf veu pa

-         pourkoi pa

-         ta kel age

-         taka m’aplé

-         toré sa foto

-         yapadekoi

***

Ce dernier point sur la langue agglutinante remet au goût du jour le néo-français de Raymond Queneau :

« Zazie dans le métro paraît en 1959 (Petit Nicolas, 1956) : c’est un roman constitué presque uniquement de dialogues et dont l’essentiel réside dans la langue et l’écriture utilisées.

Le premier mot-phrase célèbre qui ouvre le roman, « DOUKIPUDONKTAN », donne le ton : est exploité ici ce que Queneau appelait « le néo-français », ce français nouveau qui s’appuie sur la langue parlée. Queneau transcrit ainsi les paroles de Zazie : «skeutadittaleur» ( ce que tu as dit tout à l’heure ) ou « vlà ltrain qu’entre en gare » (voilà le train qui entre en gare). »

http://www.rfi.fr/lffr/articles/078/article_844.asp

Transcription :

 « Ne voulant pas montrer son enthousiasme à l'idée de se taper un caco-calo, Zazie se mit à considérer gravement la foule qui de l'autre côté de la chaussée se canalisait entre deux rangées d'éventaires.

_ Qu'est-ce qu'ils foutent, tous ces gens? -demanda-t-elle.

-  Ils vont à la foire aux puces, dit l'type. Ou plutôt, c'est la foire aux puces qui va t'à z- eux, car elle commence là.

- Ha! La foire aux puces, dit Zazie, l'air de quelqu'un qui veut pas se laisser épater.  C'est là où on en trouve des ranbrans pour pas cher,  ensuite on les revend à un Amerlo, et on a pas perdu sa journée.

- Il n'y a pas que des ranbrans, dit l'type. Il y a aussi des semelles hygiéniques, de la lavande, des clous, et même des vestes qui n'ont pas été portées.

- Il y a aussi des surplus américains ?

- Bien sûr. Et aussi des marchands de frites, des bonnes, faites dans la matinée.

- C’est chouette les surplus américains.

- Si on veut, ya même des moules, des bonnes qu’empoisonnent pas.

- Ils ont des blue jeans leurs surplus américains ?

- Ca ne fait pas un pli qu’ils en ont. Et des boussoles qui fonctionnent dans l'obscurité.

- M'en fous des boussoles, dit Zazie. Mais les blue jeans....

- On peut aller voir, dit l'type.

- Et puis après? dit Zazie. J'ai pas un rond pour me les offrir, à moins d'en faucher une paire.

- Allons voir tout de même! dit l'type. »

Zazie avait fini son caco-calo. Elle regarda l’type et lui dit, je vous vois venir avec vos pataugas. Elle ajouta, on y va ?

Le type paye puis ils s’immergent dans la foule. »

 

Plus d'extraits de "Zazie" ;

http://ubuweb.com/sound/queneau.html

 

***

Réductions lexicales,

par apocope (suppression des voyelles finales) ou par aphérèse (suppression des voyelles initiales) ou de manière plus complexe (suppression-recomposition)

 

Apocope :

Ado,  Anniv, Bet - "laisse bet" (apocope de "laisse béton" (verlan de "laisse tomber")), Cafet, Cam, Celi, Deg, Dej

Bobo (mot-valise), bo-urgeois bo-hême. C’est la horde de freluquets bobos

BOLOS \bɔ.lɔs\ masculin, singulier et pluriel identiques

 

Mot apparu dans la banlieue parisienne (Val-de-Marne ou Seine-Saint-Denis) dans les années 2000, d’origine incertaine : soninké, arabe ou verlan[1]. Le dictionnaire de la zone cite l’hypothèse du linguiste Jean-Pierre Goudaillier selon laquelle bolos serait le verlan de lobos (« lobotomisés »)[2]. D’autres Référence nécessaire soutiennent que le mot est la contraction de bourgeois et lopette, le bolos étant alors un individu dont il est facile d’extorquer de l’argent. Une autre hypothèse est l'évolution salaud > verlan lauss > mon lauss > beau lauss > bolos, compte tenu de l'utilisation de mon lauss dès 1995 par Sté Strausz dans le refrain du titre de rap C'est la même histoire[3].

https://fr.wiktionary.org/wiki/bolos

Mais Bolos est classé parmi les occurences déjà intégrées par la langue courante d’après l’article de Paritizia Castiglione :

 

Certaines innovations finissent par être acceptées et standardisées dans la langue courante. « Cacou », « cagole », « comater », « psychoter », « gloups »,  « lol », « chelou », « triper », « clasher », « boloss », « taffer », « groover », « selfie », « kiffer » et « surkiffer » sont désormais entrés dans les dictionnaires de la langue française.

 

http://balises.bpi.fr/bande-dessinee/la-creativite-linguistique-des-ados-et-levolution-de-la-langue

 

Cassos (mot-valise) : cas soc-iaux. ils disent bonjour à leurs cassos d’amis

Desco / les punks à chiens

D’hab, Extra, Fac, Formid, Instit

Khel - une Beurette à Khel* (karlouche - De l'arabe kahlouch (« homme noir »).

Okase, Proch, Prof, Sal, Super

"je n'ai jamais report" / "recevoir des report", la vidéo la plus dislik

le tel / on va rendre son tel à Madison

Mettre un zef (mettre un vent -le zéphyr : Du latin zephyrus (« vent d’ouest, signe du printemps »), du grec ancien Ζέφυρος, Zéphuros (« Zéphyr »), personnification du vent d’ouest. ) Ce matin ma boulangère m’a mis un zef ! 'tain la teuhon, la meuf m'a mis un zef de ouf devant mes potes

 

Apocope + resuffixation :

Amer-lo

Cinoche – cin + oche / (Totoche, Loloche, Platoche / la cantoche  /une valoche/ fastoche)

Craign+os, Direct+o – facho, Resto

Mytho / on va pas se mytho

Pêcho - pêch+o / j'ai rien pêcho hier soir

Poto

Gratos, Matos, Rapidos, Trankilos

 

Aphérèse :

Blème, Net, Ricain, Zic,

Tes : Cité (verlan té-ci)  : apocope du verlan téci, 93140 c de la tes ma best

Test- e,  vous pouvez pas test: contester / faire mieux / faire le poids / avoir les épaules/

 laisse si t peux pas teste!!! - moi je rpz le 68 tu peu pa test le 67 au chiotte

 

Usage de sigles et d’abréviations (notés indifféremment en minuscules ou majuscules) :

(ASV– ABT – ALP – BAT) – bjr – bsr – CB – chvx – CVB – ds – F- H

FDP / il se montre capable des pires filsdeputeries / j'attend de voir le premier tour pour voir le pourcentage de FDP sans cerveau qu'il y a dans ce pays

 

Je BALAYE les Bobo ANTI-TRUMP - Expliquez Moi Cette Merde #9

Le Raptor Dissident Ajoutée le 27 févr. 2017

Transcription -

9 min 26 – 11’51 - Ces youtubers progressistes :

Et quand c’est pas ces connards de lycéens jouvenceaux, c’est la horde de freluquet bobos, véganes, féministes, humanistes, cosmopolites, autistes, qui jouent les donneurs de leçons à essayer de lâcher à tous prix une punch line dans les 140 caractères impartis, alors que dans la vraie vie ils lâchent timidement une poignée de main fébrile et hésitante quand ils disent bonjour à leurs cassos d’amis. Et le pire c’est quand leur idoles aux doigts boudinés tapotent son clavier pour donner avis de cocus sur l’élection d’un milliardaire à la maison blanche.

Twitt  - « tweeter : je suis sur le cul. Vraiment. On rate la 1ere femme présidente pour avoir un homme fou, violent, raciste, dangereux. Putain. Merde. »

Ok ta mère. (écrit en incrustation)

Donc ça, ça s’appelle le Jean-progressiste : lui c’est le mec il serait capable de donner son vote à n’importe quel schlag, du moment que c’est pas un mâle cocasoïde blanc hétéro-privilégié, avec  en plus un petit bonus s’il s’identifie à l’un des 113 genres disponibles sur genderfluidsupport. Com .

C’est le genre de type qui soutient Hillary Clinton, celle qui je fais hmm des sourires forcés quand je perds le débat pour faire genre je maîtrise, avec pour raison principale et unique :

« C’est une femme et pour moi c’est suffisant. »

...alors que déjà, elle drevrait être en prison depuis le scandal de ses mèls ; qu’elle n’aurait jaimais du être candidate puisqu’elle et son parti ont triché pendant les primaires ; qu’elle souhaite faire la guerre à l’Iran, à la Syrie et à la Russie, skiédja  un peu plus grave que de priver le Yémen de visas, sans parler du fait qu’elle changeait tout le temps d’avis sur tout, d’ailleurs les mêmes qui sucent la BBC d’Obama, parce qu’après tout, il a peut-être fait 8 ans de guerres, mais il l’a toujours fait en étant cool et avec le sourire, un président simple qui aimait jouer au basket avec les animateurs Télé  et qui ratait jamais le lancement de la chasse aux oeufs de Pâcques, ah,  un président jeune et dynamique, comme on les aime, d’ailleurs in the pizza, je suppose que tu comptes votre pour la première femme présidente le 23 avril, n’est-ce pas ?

P’tain et ça se prend pour des protecteurs de la liberté, alors que leur analyse de merde sur la politique américaine se limite à :

« c’est un méchant James Bond » ou « il est nazi », « comme Hitler » !

...alors kil sont incapables d’expliquer correctement  quoique ce soit quand on leur pose juste la question :

« pourquoi ? »

... et qu’entre deux Tweets sur leur phantasme de troisième guerre mondiale, ça tente des blagues immondes du genre :

 « ils ce (corrigé) sont Trumpés »

...alors que n’importe qui, qui oserait sortir pareille merde dans la vraie vie se prendrait immédia-mal un coup de poing marteau dans les canines.

Et bien évidemment, comme toujours, les guides spirituels du 21ème siècle, c’est à dire les Youtubeurs d’élite ! T’sais ceux qui parlent de trucs un peu raffinés genre l’histoire, le cinéma d’auteur, l’analyse des rimes deBella de Maître Gims, ont pas pu résister à l’envie de donner exemple au peuple par un Tweet, voire même un Thread, pour les plus grandes pipelettes, et montrant ainsi que : 1- se documenter à partir des émissions de Yann Barthès, 2- signer une pétition pour toucher des subventions de l’état en tant que Youtubeurs émérites,3- ou re-tweeter les vidéos de Masculin Singulier, ne font pas partie de la liste des recommandations offcielles du ministère de la santé en vue de la prévention de la fildsdeputerie.

 

***

 

En général, les youtubeurs ne recourent pour ainsi dire jamais au langage jeune, sauf dans un cadre "ironique" explicite, mettant une distanciation dans son usage, adoptant un point de vue métalinguistique.

François Hollande suit Cyprien sur Twitter

Ajoutée le 21 mai 2015 par GAMEMIXRIVALITY

Vidéo extrait de la vidéo de Cyprien - MON POTE HOLLANDE - Cyprien répond 4

Transcription :

François Hollande me follow (sur twitter), donc je peux lui envoyer un message privé :

" Wesh poto ! Ca fait quoi ce soir ? "

J'espère avoir une réponse rapidement, hein, qu'on se fasse un petit Fifa...entre potos...klk-klk-klk

+ 5 min 16 : " C T MIEU AVAN "

***

 - mm – mdr (lol, ptdr, xptdr  - trop des barres/ se taper des barres) – msg –

- La soirée de draveil c'était un grand nptk

- pcq – Prs – pdr – pr – pa/pk/pkoi – prnd – PV – pb/pblm – qd – ql – RV – slt/slu – STP – SVP – T – tjrs – ts – tt (es) – TVB – vx – yx

PLS mettre en PLS / infliger une PLS je vais mettre la France entière en PLS

media = nudge envoyer ces pseudos institut de sondage ces maitres a penser et ces pseudos philosophes autoproclamés en PLS

- un RPG (Role Playing Game - Quelle bonne idée d’avoir fait un RPG pour apprendre le japonais (Squeezie)

RPZ - représente

 – VNR (Vénère) Arrête de me vener !!! EN-ER-VE

- Un keuf VNR utilise le coup dla corde à linge sur un lycéen qui n'a pas capté qu'les keufs ont pas le temps de blablater – (Raptor dissident - écrit en incrustation)

- rt si té choqué lol (Squeezie - écrit en incrustation)

 

Usage de rébus et de formations ludiques:

Rébus composés de chiffres et de lettres :

koi29 - C mor ici – alors tu C – G du sortir – moi osi j’M – T’OQP? – Je V bien – t’a 1 pote – a 2M1 – on va o 6né –un keuf VNR

On trouve aussi de nombreux rébus parmi les emprunts lexicaux (de l'anglais): CU, U2, 4U, B4, F2F

***

Michel Polnareff - LNA HO - de l'album KĀMA-SŪTRA (1990)

 

alpha beta - alpha BB

LNA LNA HO
LNA AOT CO
GAP LNA HO
LNA HO

GAP LNA OO
LNA LNA HO
GAP LNA OO
LNA HO

LHO LHO OLNA
LAOTCO OLNA
LCA CBC OLNA
GCD GCD OLNA

LHO LHO OLNA
LAOTCO OLNA
LCACBC ...

***

 

MESSAGES DE VOEUX EN LANGAGE SMS / PMS

mèy’R v’E pr 2017  -

..........................................................

tou mê v’E pr 2017  -

..........................................................

1' ané z ‘N pr 2017 -

..........................................................

100’T É bon’Er pr 2017  -

..........................................................

2017, 1 boukÉ d’amour  -

..........................................................

mèy’Er v’E pr la nouv’L ané -

..........................................................

mê v’E lê plu s’1s’R pr 2017 -

..........................................................

ã 2017, J t’ souèt’ 2 D’kroché la l’1' -

..........................................................

J pãs’ a toa… bonn’ ané 2017 -

..........................................................

pl’N 2 ré’U6t’ pr 2017 !!! -

..........................................................

lib'R toa 2 ta solitu'2 2 K'y¥ pr 2017 -

.....................................................

http://www.profsms.fr/voeuxecard.htm

***

En guise de conclusion : un avenir pour le cyberlangage : l'abolition de l'orthographe française ? – Etat de Diglossie graphique

Le problème n'est pas de savoir si l'abolition de l'orthographe est techniquement possible, notre corpus nous a montré que cette orthographe existe déjà. Il existe déjà même toute une littérature, une maison d'édition, des auteurs, des distributeurs...

 

DÉCOUVREZ LES SEULS LIVRES AU MONDE EN LANGAGE SMS / PMS

http://www.profsms.fr/voeuxecard.htm

 

Dans son livre paru en 1988, le français dans tous les sens, Henriette Walter présente un argumentaire succinct pour montrer ce que pensent les linguistes du problème de l'orthographe (p.253, ed. 1994):

Claire Blanche Benveniste (+2010) : L'orthographe ne peut pas être améliorée: puisque c'est un mal profond, elle ne peut être que supprimée.

Ferdinand Brunot (+1938) : Un plante parasite

André Martinet (+1999): L'existence, dans leur langue, d'une orthographe grammaticale représente pour les francophones un terrible handicap.

Alfonic - 1983

Joseph Vendryes (+1960) : Un système conventionnel établi de toutes pièces par la volonté de quelques savantasses.

Paul Valéry (+1945) : L'absurdité de notre orthographe, qui est, en vérité, une des fabrications les plus cocasses du monde, est bien connue. Elle est un recueil impérieux ou impératif d'une quantité d'erreurs étymologiques artificiellement fixées par des décisions inexplicables.

- Le pluriel -oux et les 7 exceptions (chou, genou, caillou, hibou, joujou, bijou, pou)  -règle inventée au 19ème siècle

- un algorithme

 

Le problème est donc de comprendre quels sont les ressorts psychologiques faisant obstacle à la mise en place de cette abolition. Observons les arguments avancés par les auteurs présentés par Henriette Walter et qui s'opposent à "l'abolition" :

Sainte Beuve (+1869) : l'orthographe est le début de la littérature

Alain (+1951): l'orthographe est une sorte de politesse. Il faut s"habiller selon l'usage, parler et non crier, écrire enfin selon l'usage.

Alexandre Vialatte (+1971) :l'orthographe est toujours trop simple. Il y aurait intérêt à compliquer les règles. Quand on est amoureux de la langue, on l'aime dans ses difficultés. On l'aime telle quelle, comme sa grand-mère, avec ses rides et ses verrues.

Théophraste : quel intérêt à simplifier l'orthographe sous prétexte que de jeunes crétins sont rebelles à son enseignement ?

La cyberlangue, langage SMS, ne se diffuse pas librement, elle provoque des réactions émotives de rejet comme le montre cet extrait du règlement d'un forum en ligne :

 

2) Les messages doivent être écrits dans un français correct et compréhensible. Le langage SMS et les fautes volontaires sont interdits.

Ne pas relire ses messages ou les orthographier volontairement mal est un manque de respect envers les autres membres : si vous n'êtes pas disposés à prendre le temps d'écrire vos messages correctement, pourquoi les gens devraient-ils se donner la peine de vous lire ? Si vous n'accordez pas beaucoup d'importance au contenu de vos messages, les autres n'ont pas de raison de leur en accorder davantage.

http://www.paranormal-encyclopedie.com/forum/viewtopic.php?f=28&t=233

 

Cette confusion grossière entre le contenu du message et sa forme est un symptôme révélateur qui montre à quel point la raison et la logique s'effacent devant l'émotivité du locuteur quand on aborde les problèmes d'orthographe.

 

Réforme de l’ORTOGRAF, par Louis ROUGNON-GLASSON

Agrégé de sciences -physiques aujourd’hui à la retraite, Louis ROUGNON-GLASSON réside à Montlebon, dans le Doubs. Depuis plus de trente ans, il est un inlassable défenseur de la simplification de l’orthographe française.

https://blogs.mediapart.fr/louis-rougnon-glasson/blog

2 Responses

  1. Christian Bos

10 février 2017 à 0 h 43 min

Meusieu,
C’é un plézir de conêtr l’existence d’un om com vou. J’é moi-mêm enségné fransé é anglé. Je me suis fâché à se sujé avec dé amis univêrsitêr, (don une ispanofon, un conbl !) pour lé résons clasicmen invoké de pêrt de culture, … Bref (joli mo fonétic). Félicitations.
Merci de me fêr savoir comment mieux conêtr votre axion, é éventuêlemen me joindr à vou.
Cordialemen.
Kristian Bos.

  1. A bas les extrêmistes

28 février 2017 à 16 h 44 min

Ce vieil excité!! Franchement, ayant lu sa prose pleines d’insultes et d’invectives contre ceux qui ne sont pas de son avis, il ne semble pas avoir toutes ses cases. Perso, sii c’est pour écrire comme un enfant de 3 ans devant un clavier SMS, pas besoin d’aller à l’école, comme le message illisible de « Kristian » le montrer.

Pourquoi un comble Christian? Le français et l’espagnol ont des logiques différentes, si le français est trop difficile pour toi, mets-toi à l’esperanto, et laisse le français tranquille. Les hispanophones ne verraient certains pas d’un bon œil un changement des règles orthographiques actuelles. De plus, la prononciation de l’espagnol est beaucoup plus uniforme que celle du français….

Le pire ce sont les insultes à l’égard de ceux qui aiment le français tel qu’il est, et que les tenants de cette croisade n’ont pas le courage d’écrire leur SMSthographe au grand jour, ils se planquent dans des blogs pour cela.

http://yannickpetit.fr/press/?p=1816

 

Mais les "insultes" supposées n'apparaîssent pas dans notre corpus des blogs d'adolescents (skyrock.com) se présentant sur le net, plutôt une tendance au patriotisme, proche et intentionné envers sa communauté -ses voisins- et les autres.

On trouve beaucoup d’exemple de ce type de création de blog. La plupart a été enregistrée et mise en ligne dans un créneau horaire entre 16h30 et 20h30, ce qui correspond à des heures de cours du soir. C’est dans ce cadre qu’on peut imaginer un financement par les Fonds Sociaux de l'UE afin d'améliorer le niveau d'employabilité des jeunes victimes du chômage structurel en France, pédagogie un projet : créer un blog sur skyrock.com pour vous représenter :

( un des participant au projet ne fait pas mystère de son état d’écolier : Coucou moi c'est ziyad et je FAIT le béte en classe!!! )

 

benoit93140

  • Created: 01/06/2007 at 4:03 PM
  • Updated: 26/09/2009 at 9:24 AM

Description:

sisi tkt ma chewie je t'aime javoue tu reprente bajo moi bondy on vien de la test
bajo le plato c pas testso
Bondy c mon blaze suis fier de toi ma chewie té la seul fille et unique au moonde et dan mon coeur
93170 et 93140 c de la tes ma best
jadore ma famille de proche et de loin
kiffe le 93 seine saint demis tu peut pas me teste
il fau pas me juger sans me connaitre
moi je represente le 93 XDR

http://benoit93140.skyrock.com/2042150101-93-represente-bondY.html

 

tyrannie--represente--93

  • Created: 15/12/2009 at 5:15 PM
  • Updated: 15/12/2009 at 6:07

Description:

Je représente mon ghetto 93 ! Portugal personne test <3 toi aussi vien représenté ton bled et dit ske tu passe du miien :) psk faut en etre fiere :P Apelle le 9393 et tu tombra sur moi bled :D et toi c koi le numero de ton bled ?! 6363 ?! 5454 ? 8181 ?!9494 ?! peu minporte moi je suis fiere er toi ?! se sku montre tout sur tout se sera long pour tout metre patience va taguer un mur pantand se temps ou Alors lire Liistoir me ton ghetto ;) bon matt bien moi jme taille Jii go Allé ++ =D

http://tyrannie--represente--93.skyrock.com/

 

B - L'AUTRE FRANÇAIS (FCC –( Au delà des périph’ http://blog.francetvinfo.fr/chroniques-urbaines/) – Goudailler 1998) „français contemporain“, français parlé courant et populaire (M.Gajos)) – „le langage jeune" (la sous-culture jeune)- parler beur/djeunn‘s /« ziva »/« Racailles » «  langage internet –(minitel)», parlures argotiques, le néo-français, en classe je parle français, à la récré je parle verlan / ***

Ce rejet irrationnel de la graphie respectant le principe phonologique, cet aspect exagéré et spontané de ce refus peut s'expliquer si l'on considère cette exagération comme un attachement "insensé" aux traditions même si ces dernières se montrent nocives du point de vue du simple bien être des enfants (les jeunes crétins de Théophraste) et du point de vue de l'égalité des chances et du développement culturel en général.

Les jeunes crétins vont prendre vie, eux aussi, dans une image médiatique. Ils seront revêtus et mués par un flot d'images médiatiques...et ils vont provoquer la même réaction d'aveuglement face à l'emploi de la graphie rationnelle. 

Pourquoi les arabes sont des voleurs ? - Blabla #01 - Osons Causer

Ajoutée le 15 juin 2015

Si les arabes sont des voleurs, c’est que nos gouvernements contribuent à construire la figure du « délinquant », du « voyou », du « sauvageon » à grands renforts de sondages, statistiques et conférences de presse ; autant de moyens de ne pas parler de la criminalité en col blanc, celle des fraudeurs fiscaux et sociaux...

Osons Causer Ajoutée le 15 juin 2015

yoanandayoananda 26 janvier 18:24

"wesh wesh les amis"
 
c’est quoi cette racaillitude issue des codes culturels étrangers à la France ??? il trouve que la colonisation arabe n’avance pas assez vite !!

Note sur le suffixe - itude / racaillitude :

https://fr.wiktionary.org/wiki/-itude

maQiavel 26 janvier 18:33

@yoananda
Peut être parce que pour lui , comme pour d’autres , ce n’est pas un code culturel étranger à la France , que les banlieusards sont des Français et que la colonisation est un délire de la "faschosphère". 

Hé oui , on pense pas tous pareil , ce serait trop facile sinon ...

maQiavel 26 janvier 18:41

@joelim
Non , ce n’est pas du second degré , il s’en est déjà expliqué , il a grandi en banlieue et le "wesh wesh les amis " était pour se raccrocher à des référents culturels de son enfance. 

DJL 93VIDEO 27 janvier 00:02

@yoananda : T’es vraiment une racaille sous-humaine toi, arrêtes de prendre le net pour ton déversoir de haine !!!

 

Dans ma cité, il y a plein de racailleux comme toi, et je leur parle pas toujours très bien à vrai dire, parce qu’ils ne savent se comporter en société mes fréro sauvages ... tu es ce que LA FRANCE produit de plus aigris, dégénéré, moraliste ... mes fréros sauvages sont moins haineux que toi ...

 

Faut que tu prennes conscience que les arabes et les noirs ne sont pas tes souffres douleur PETIT ... Si tu as mal quelques part, il faut régler tes comptes avec ceux qui t’ont fait personnellement du mal !

 

L’histoire nous as appris ce que le racisme a fait aux hommes : colonisation, esclavage, Franc CFA, cité dortoir, immigration encouragée + racisme sur place ... cité dortoir très rentable ... main d’oeuvre pas cher et docile ... viol collectif d’indigènes femelles, expropriations, colonisation ...

DJL 93VIDEO 27 janvier 00:42

@yoananda :

Comme je dis à mes petites racaille de ma cité des 3000 au 93 : t’es pas sortable toi !

 

 

A l'image de l'adress wesh wesh, cette autre langue, dont on peut supposer qu'elle s'étende à toute la francophonie et ne peut se limiter aux Cités d'au de la le périph' parisien (?) : 

Première étude du genre en Suisse romande

20 octobre 2008 07:29; Act: 20.10.2008 14:31 Print

9 jeunes sur 10 adeptes du «parler jeune»

Pascal Singy, de la Section de linguistique de l'Université de Lausanne, et Francesca Poglia Mileti, du Département des sciences de la société de l'Université de Fribourg, ont interrogé avec leur équipe 62 jeunes Romands également répartis entre les deux sexes. Ågés de seize à vingt ans et provenant des cantons de Genève, Neuchâtel et Vaud, ils constituaient un échantillon «indicatif de la population».

Inspiré du langage des banlieues françaises et de la culture rap principalement, ce «parler jeune» - ou «parler racaille», comme le formulent certains des sondés - est présent en Suisse romande depuis une dizaine d'années au moins. Certains parmi les plus âgés du collectif interrogé disent en effet s'y être mis dès l'âge de dix ans, voire avant.

Mais plus de la moitié situent entre douze et treize ans les débuts de leur emploi du «parler jeune». Une période qui correspond à leur entrée à l'école secondaire, avec la nécessité de s'intégrer, de s'identifier à un groupe et d'en adopter les attributs vestimentaires et langagiers.

Neuf sur dix

La presque totalité des jeunes interrogés, 56 sur 62, déclarent y recourir, à des degrés divers. La moitié d'entre eux affirment l'employer régulièrement. Quatre sur dix n'en usent qu'en certaines occasions bien précises, et un sur dix y a recours très rarement ou jamais. «Même les jeunes gymnasiens l'utilisent, ce n'est pas un langage de jeunes en rupture, il n'est pas parlé uniquement par des loubards de banlieue», relève M. Singy, interrogé par l'ATS.

Les scientifiques relèvent trois fonctions à ce langage: identitaire (appartenance au groupe), cryptique (imperméabilité aux adultes, par exemple) et ludique (amusement de leurs interlocuteurs).

 http://www.20min.ch/ro/life/lifestyle/story/9-jeunes-sur-10-adeptes-du--parler-jeune--20273576

 

Guide pratique du parler-jeune : on

hallucine, là !

 

Le « parler jeune » est très à la mode, et pas seulement parmi les jeunes. Certains politiques n’hésitent pas à se l’approprier, sans doute dans le but d’élargir leur électorat en montrant qu’ils restent dans le coup. Mais en quoi consiste ce « parler jeune » ? Petit guide à l’usage des non-pratiquants...

 

O. Schopfer (Genève, Suisse)

Tout le monde connaît le verlan et le franglais. Mais une autre caractéristique dominante du parler jeune est le recours quasi systématique à l’hyperbole. Tout devient emphatique, démesuré.  En d’autres termes, les jeunes exagèrent !  

--- Les jeunes ne sont plus surpris, ils « hallucinent ». Ils en rajoutent même souvent une couche en précisant : "J’hallucine total !" (j’hallucine grave !) Il y a aussi l’expression « C’est trop halluciné ! » pour dire qu’on n’arrive pas à croire quelque chose : « Il a réussi ses exams, c’est trop halluciné ! »

--- Ils ne sont pas crevés, ils sont « destroy ». Encore mieux : « complètement destroy ». Cela vient de l’anglais « to destroy » (« détruire »). De même inspiration, on trouve aussi « être cassé ».  

Ces deux termes sont apparus dans les années 70-75. « Halluciner » est issu de la vague baba et "destroy" du mouvement punk. Mais à l’époque, l’usage de ces mots était limité à des groupes de jeunes bien précis. Il faut aussi savoir que « destroy » est passé de mode après le boom du punk pour réapparaître dans le vocabulaire des jeunes à la fin des années 90.

Ce qu’il y a de différent, aujourd’hui, c’est que cette manière de s’exprimer s’est en quelque sorte « démocratisée » pour se propager dans le langage courant de tous les jeunes, et même parmi les adultes.

Le 20 septembre 2007, par exemple, dans son intervention télévisée sur les chaînes françaises, Nicolas Sarkozy a déclaré « C’est hallucinant ! » en réponse à une question de PPDA (ex-présentateur vedette du journal sur TF1).

Ce mouvement de « démocratisation » a aussi pu être observé avec le verlan. À l’origine, le verlan n’était parlé que dans les banlieues. Mais il s’est progressivement disséminé dans tous les milieux, notamment grâce au succès du rap et du mouvement hip-hop.

--- Les jeunes n’éclatent pas de rire, ils « hurlent de rire ». Forcément, « hurler de rire » est plus branché que « rire à gorge déployée », devenu désuet.

--- Ils ne sont pas stressés, ils ne « touchent plus terre ». « J’ai pas le temps, là, je touche plus terre ! » L’image fait penser à un avion qui décolle. Attachez vos ceintures !

--- La formule « de chez » pour souligner un propos. Exemples : « Ça, c’est craignos de chez craignos » ou « Je suis furax de chez furax ! » Une redondance qu’on entend partout et qui, comme toute redondance qui se respecte, met les points sur les i. Le contraire de la langue de bois.

--- « C’est énorme ! » Les adjectifs « super » et « génial » sont dépassés. Les jeunes manifestent leur enthousiasme de manière colossale. Variante : « C’est que du bonheur ! » (une expression monnaie courante dans les émissions de télé-réalité).  

--- Et, bien sûr, tous les superlatifs qui parsèment le discours des jeunes : tous les « trop », « hyper », « méga », « giga » qu’on retrouve presque à chaque phrase. Il y a aussi « hypra », qu’on entend beaucoup en ce moment. « Hypra », déformation de « hyper ». «Hypra-cool, ta teuf ! » : « Elle est trop bien, ta fête ! »

L’hyperbole permet aux jeunes d'occuper un espace verbal important : soit pour se démarquer, soit pour capter l'intérêt de ceux qui écoutent.

Elle prend toute son ampleur lorsque les jeunes discutent entre eux. Peut-être les avez-vous déjà entendus dans la rue, à un arrêt de bus ou devant l’entrée d’un magasin : un jeune lance un superlatif, un autre lui répond sur le même mode ou essaie de rivaliser, ce qui déclenche une réaction en chaîne.

Avec l’hyperbole, les jeunes prennent la langue à bras-le-corps, et on peut la considérer comme une forme moderne de joute verbale, où les différents interlocuteurs se stimulent les uns les autres.

http://www.votrejournal.net/Guide-pratique-du-parler-jeune-on-hallucine-la-_a316.html

 

Cette autre langue francophone bénéficie de nombreuses influences étrangères : 

Listes des emprunts lexicaux :

de l'anglais : BIG UP(dédicace – „Grσ T'¢hσum α Tous :)   -  un facebook live – poster un commentaire - OK - thanks / tnx / tnks - tvm / tyvm – BBC - bye - CU - cool – du gaming/un site de gaming / un gameur – / un tweet / un thread sur twitter

hallo - IC - ILY - kiss -lol -look - MG - MYB - NP – cliquer sur le player -  please - room - sorry - Y / YR - 4U - B4 - B4N - F2F - U2 - twitt/re-twitter - je like, je dislike - recevoir des report - je n'ai jamais report - un follower / je le follow sur Twitter, - FLOOD, faire du flood sur un forum, une protest song, ça me met la vibe,

de l'italien :  basta - ciao - prego - presto - scusi

de l'espagnol :  hola

de l’allemand : un schlag / un schlaguerie "Mec c'est la troisième bouteille que tu pètes, arrête de faire des schlagueries " / un schtroumpf

des langues romes / yéniches : interdits aux gadgo

des langues régionales (le „patois“ des parents) : les minots

 

Mais c'est l'influence de l'arabe qui reste la pus prégnante :

Parler djeunn’s et arabe dialectal

L’émergence des « beurs » dans la société française , notamment depuis l’alternance politique de 1981 a permis l’éclosion d’un nouveau langage, parti des banlieues défavorisées pour rayonner jusque dans les quartiers chics de la capitale en influençant au passage même les médias et les milieux intellectuels !

De l’arabité supposée des jeunes issus de l’immigration et nés dans les « quartiers ».

Pour une grande majorité de Français, cela paraît évident : ces jeunes, nés de parents arabes parlent forcément l’Arabe et sont de culture arabe et musulmane.

La réalité, évidemment est beaucoup plus complexe. Ces jeunes, descendants le plus souvent de plusieurs générations de populations immigrées ne sont, dans leur grande majorité pas dialectophones et n’ont qu’une connaissance très modeste de la culture arabe (pour ne pas dire nulle) et de la religion musulmane. Très souvent, la seule occasion pour eux de « pratiquer » l’arabe , c’est dans leurs rapports avec la mère, quand celle-ci, si elle-même n’est pas née en France fait l’effort de leur parler dans sa propre langue maternelle, c’est à dire dans une langue dialectale très locale qui n’a pas évolué depuis la date à laquelle la famille et/ou les ascendants ont quitté le pays d’origine.

Dans ce cas de figure (le phénomène est bien connu des socio-linguistes), la mère parle dans son « patois » local, avec un mélange de Français déjà fortement arabisé sur tous les plans : syntaxe, prononciation, lexique ; l’enfant comprend mais répond exclusivement en Français.

Conclusion, les jeunes n’ont qu’une connaissance passive de la langue et réduite aux rudiments nécessaires aux échanges quotidiens. Autrement dit, ces jeunes baignent dès leur plus tendre enfance dans un bain linguistique « Francarabe » où ni la langue française ni l’Arabe ne trouvent vraiment leur compte. C’est dans ce « no man’s Land » linguistique que va s’opérer l’étrange alchimie (encore un mot arabe !) qui donnera lieu à ces fameux parlers de banlieues qui donnent la migraine aux linguistes et font les délices des intellectuels, journalistes et écrivains.

http://www.dilap.com/contributions/banlieue-beur/beur-arabe.htm

„ les jeunes n’ont qu’une connaissance passive de la langue“  -Exemple : „Azul“

Zai94zy

  1. Posté le 14/06/2014 à 17:17:34  

Leouille1 a écrit :

Azul c'est pas de l'arabe c est en kabyle ça veut dire salut
Voilà

Bah moi je dormirais moin bete,Je me disais bien que j'avais jamais entendu sa chez nous(les marocains)

http://forum.ados.fr/mes-copines/Fun/rebeus-arabes-sujet_22478_1.htm

Mutation du Français au contact de

l’Arabe maghrébin

La mère, justement. Contrairement aux poncifs qui font de la femme arabe un être soumis, écrasé, la mère joue un rôle pivot dans l’équilibre de la famille et de la société en général. Tant est qu’elle devient un enjeu suprême en cas de conflit : l’insulter, insulter celle de l’Autre, c’est lui infliger une ultime humiliation : Ta mère ! ! yemmâk ! !

Et toutes les variations :  Ta mère à la CAF, Ta mère en baskets....

Allier la grossièreté sexuelle , voir l’inceste, c’est faire encore plus fort : nike ta mère ! ! ! Nike yemmâk ! ! !

„Il peut piquer le discours des autres nique sa mère

(Je suis pas kontent – 72 : https://www.youtube.com/watch?v=4rdJX-pDxNk)

Qui a donné le fameux  groupe de rap NTM .

http://cours-arabic.blogspot.cz/2009/12/mutation-du-francais-au-contact-de.html

Précisons à toute fin utile que le verbe « niquer » est arabe et que s’il est indisponible dans les dictionnaires arabes, c’est que probablement il s’agit de la contraction du verbe nakaha (présent dans le Coran et qui signifie contracter mariage mais aussi par extension copuler dans le cadre du mariage).

Sur la tête de ma mère : vient directement de l’expression arabe u râs yemma !

Sur la vie de ma mère = u rûh yemma !

L’index raidi, levé vers le ciel (signe de la shahâda qui est la profession de foi musulmane) le jeune lance à la cantonade : « sur la tête de moi ! ». Traditionnellement, la grammaire n’admet pas l’emploi du pronom personnel « moi » après la préposition « de ».Nos éminents linguistes qui méconnaissent l’arabe se grattent la tête, perplexes : d’où ce monstre syntaxique peut-il provenir ? Mais de l’arabe, pardi ! L’arabe dialectal utilise le terme ntâ’ (de… propriété de…) suivi d’un pronom affixe : ntâ’I (à moi , de moi) . Ar-râs ntâ’I = la tête à moi .

A propos du terme râs qui signifie tête, l’arabe dialectal « populaire » s’est approprié le terme français « race » au sens non pas raciste et sans référence au genre ethnique mais plus benoîtement au sens de  catégorie , genre, spécimen…

Cela a donné malheureusement : « nike ta race » = nike ar-râssa ntâ’ak !

Dans le langage « djeun’s », cette expression un peu glaçante pour des adultes signifie pourtant simplement, au choix :

- des gens comme toi, je les casse ; ou je m’en fais dix par jour.

- des gens dans ton genre, vraiment, j’aime pas.

Très souvent, l’adverbe passe en fin de groupe syntaxique. C’est là encore une particularité de l’arabe même littéral. On entend :

« il a niqué son examen carrément ! »

Notons au passage le verbe niquer en remplacement du verbe rater (décidément !)

Des expressions curieuses comme

 - « vas-y ».

Dites dans des cas où le jeune est pris en défaut, où il subit des remontrances. A priori, un adulte non averti pourrait comprendre : « vas-y, continues, tu as le pouvoir sur moi etc…. ». Rien à voir ! L’expression signifie : vas te faire foutre ! 

Et à notre sens elle vient là encore de l’arabe « populaire » : rûh takhra = vas chier (ailleurs) !

En verlan « vas-y » devient « Ziva », et les jeunes banlieusards vont ainsi devenir des Ziva qu'on oppose linguistiquement aux « Céfran ». Expression emblématique, Le Ziva désigne non seulement les locuteurs, mais aussi leur langue : 

Les « Ziva » enseignent leur langue aux « Céfran »

Des lycéens de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) viennent de publier un dictionnaire littéraire du langage des cités. Ils ont traduit des textes de Raymond Queneau ou d'Albert Cohen en parler « ziva ».

Écrit par Christine Mateus, paru dans Le Parisien, dimanche 03 octobre  2004

 

http://www.selefa.asso.fr/Peda02T5.htm

- Frère :

Autant que la mère, le frère a une place prépondérante dans la culture familiale et par extension dans tout le système social. Les maghrébins, depuis des lustres ont remplacé le terme de sayyid (Monsieur), jugé trop obséquieux par le terme de KhÛ, suivi d’un pronom affixe. khûya signifie à la fois « mon frère » au sens familial du terme, mais aussi plus trivialement : mon ami, mon cher, mon compatriote, voir « monsieur »…

Les jeunes l’emploient (même entre filles !) pour signifier connivences, amitiés, complicités….

http://www.dilap.com/contributions/banlieue-beur/beur-vocabulaire.htm

 

Le parler "beur" expressions courantes

http://cours-arabic.blogspot.cz/2009/12/le-parler-beur-expressions-courantes.html

Voici des traductions directes de l’arabe, sans soucis du sens réel du terme employé en Français :

- « il ne m’a pas calculé » , pour dire, « il ne m’a pas pris en considération, il n’a pas fait attention à moi ». Cette expression vient de l’arabe :

ما دارنيش في الحساب ، ما حسبنيش

le verbe حسب ، يحسب = compter, calculer. Ce qui rejoint d’ailleurs l’expression purement française « tenir compte de… ».

Sans passer par la traduction, de nombreux verbes arabes sont utilisés directement, mais pour éviter les difficultés morpho-syntaxiques, ils le sont à l’état « figé » c’est à dire sans égards ni pour les règles de conjugaison du Français , ni pour celles de l’Arabe :

- hagar =حقر - يحقر . Etymologiquement, en arabe littéral ce verbe signifie : mépriser ; en arabe algérien il a pris pour sens : commettre une injustice - dans le sens d'abus de pouvoir, de force - , mais aussi faire violence à quelqu’un . Ainsi, on entend chez les jeunes : « tu t'es fait hagar «  = tu t'es fais taper. Mais aussi : «  tu t'es fais hagar ton portable »

- Khaf : خاف - يخاف (kh = prononcer à l’espagnol , jota, juan). En arabe = avoir peur. On entend ; « il a khaf » = il a eu peur.

Inversement, des verbes français sont arabisés, mais curieusement utilisés aussi à l’état figé : afficher, s’afficher, faire l’affiche = ficha. ( Ainsi utilisé, il correspond en arabe à l’accompli, 3 ème personne du masculin singulier = équivalent de l’infinitif français).

- Ho la la ! il s’est ficha devant les filles ! = il s’est planté, il s’est ridiculisé.

Au delà de ces distorsions syntaxiques, il y a évidemment beaucoup de substantifs arabes incrustés avec une prononciation française qui les rend parfois méconnaissables :

- lahas : en arabe, léche-cul, flagorneur. En parler banlieue, il a changé de sens : - c’est la has = c’est la galère ! Appliqué à un individu : - il est dans la has = il est en taule (en prison)

- la halla : en arabe  littéral, la situation, l’état des choses . En arabe algérien, ambiance, quelque chose d’événementiel, qui ne passe pas inaperçu. On entend : - faire la halla = faire la fête, mais aussi faire du grabuge !

Beaucoup de termes, FEMININS en arabe, deviennent curieusement MASCULIN en passant au Français :

- LE dawa : synonyme de hâla (la halla) en arabe algérien a pris le sens de pagaille, bordel  : - foutre le dawa !

- LE terma : le cul . - Elle a UN gros terma. (Sans doute parce que les termes cul et bordel sont au masculin en Français).

Verbes substantivés :

- Chouffe = voir en arabe dialectal. Cela donne en parler djeunn’s : - faire la chouffe = faire le guet. Regarder: „Chouffe la fille“

- Le seumm : le poison en arabe. - J’ai le seumm = j’ai la rage, la haine. C’est aussi semble-t-il le nom d’une drogue spéciale.

„çette vidéo ça leur met bien le seum“ Osons Causer Censure à LCI :  Ajoutée le 10 avr. 2017 – 3‘36“

https://www.youtube.com/watch?v=YqxmIZ0_z6o

(Argot) Être en colère, frustré ou dégoûté.

  • Avoir le seum, comme ils disent, les mômes. Être grave vénère, même. Nique sa race. — (Rachid Ben Bella, Sylvain Érambert & Riadh Lakhéchene, Nous... La Cité, Zones, 2012)

https://fr.wiktionary.org/wiki/avoir_le_seum

De l’arabe francisé et «  verlanisé » :

- Bled = بلاد . En arabe, pays ou région. Blédard (1926 : soldat français servant dans un bled) chez les jeunes ne signifie pourtant pas comme chez les adultes plouc, paysan, mais plutôt raté, maladroit, cancre… Il est surtout utilisé dans sa version « verlanisée » : darblé.

***

Darblé ki chante

Mise en ligne le 12 janv. 2009 par nesyu78370

 

Le Bled'Art

Un truc de ouf complétement déglingo :

DÉGUSTATION DE BOISSON UN PEU BLÉDARDE !

Ajoutée le 9 avr. 2016 par Le Bled'Art

Ba bien sûr on va goûter : malade mental va !

***

Des intrus « zarbi » : Nous perdons malheureusement dans le mouvement le savoureux « zaama » (soit-disant) au bénéfice du bizarre crari  lequel, c’est sûr, n’a rien d’arabe !

- Crari, il joue le ouf = zaama il joue le fou = soit-disant il fait le con ; il se la joue (il se ment à lui-même).

Les jeunes d’origine africaine et musulmans ont bien sûr leur part d’apports dans ce langage en constante mutation, notamment avec des expressions d’origine religieuse qui ont transité par les accents dialectaux africains :

- Starfoulay (prononcer starfoulaï) = أستغفر الله je demande l’aide de Dieu.

- Layester = يستر الله que Dieu protège.

Le phatique

Nous employons ce néologisme linguistique pour désigner tout mot ou expression qui permet d’amorcer une conversation ou de l’entretenir en cas de discours continu : Allo ? Pour rentrer en contact avec la personne qui appelle. Je veux dire….. C’est à dire que…. Les mots ou expressions phatiques d’origines arabes sont légion. Dans le langage des jeunes :

- walla : والله = par Dieu, par Allah = je te jure par Allah = je t’assure que….

- Billa :بالله = même sens.

http://www.dilap.com/contributions/banlieue-beur/beur-arabe-francais.htm

Jean-Pierre Goudailler – « Comment tu tchatches. » Dictionnaire du français contemporain des cités (FCC)


L'argot des banlieues by ina

Transcription

Journaliste : « mes ieuves ont du mal à capter le langage un peu chelou et zarbi des téci »

JPG : « on gebou sur Panam pour aller en teuboi, on met du coco dans la turbo, et si on n’en a pas on rentre à iep…si ya plus de tromé ? »

Mehdi : « Si ya plus de treum ? Ben ya les iep ! »

« meuf » - daté de 1981, « keuf » 1978 – « beur » -1980, intégrés dans la langue de tous les jours (Petit Robert, 1993)

Argot et verlan

Une teuf – la teuf de mon enfance : t’as fait la teuf ce week end ? –Ouais à donf : - Où ça ?

Depuis quand on parle verlan?

Ça M'intéresse Mise en ligne le 15 nov. 2010

Depuis le 12ème siècle ! C'est la linguiste Miriam Nieser qui nous l'apprend. Ce langage deviendra ensuite un code dans les banlieues avant de largement se démocratiser. Chanmé, non ?

t'é relou - chui VNR - la téci - une grosse caillera - ta roeus - un ripou -

le contexte : la haine, un film de MK

MartianSquirrelil y a 5 ans

j'ai rien compris... au québec on parle français... e france vous parlez...euh...vous parlez quelle langue au fait?

plm42il y a 6 ans

Est-ce que le verlan est beaucoup utilisé en France? Ici, au Québec, personne ne l'utilise.

Doll Shashail y a 6 ans

RENTRE CHEZ WAT MDRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

 

Laisse béton  - Renaud 1977, la période "loubard"  :

 

http://www.parolesmania.com/paroles_renaud_9473/paroles_laisse_beton_331395.html

 

la langue : le verlan - Karambolage - ARTE

Karambolage en français – ARTE Karambolage en français

https://www.youtube.com/watch?v=VVXbYFoIg5E

„ alerte au jeu chelou“ Squeezie

 

Les années 80 : le parler jeune de Mitterrand :

« chébran », « câblé », « craignos », « c’est l’enfer » (à partir de 1 min 50 )

http://www.ina.fr/media/petites-phrases/video/CAB8501059001/mitterrand-cable.fr.html 


Le langage des banlieues (ScredTV - Episode 2) by FrancoisDescraques

Le langage des jeunes / scred tv, à partir de 1 min 50 :

Activités

disponibles sur le site de l’université Stendhal Grenoble 3

http://w3.u-grenoble3.fr/fle-1-ligne/

http://w3.u-grenoble3.fr/fle-1-ligne/maitrise/sms/arg1.html

 

Exercice 1 :

D’après la formation des mots en verlan, trouvez la forme courante des mots suivants

Auche ; céfran ; relou ; renoi ; zomblou ; tromé ; téci ; tuigra ; oim/wam ; keum ; zicmu

 

Exercice 2 :

Dialogue :

http://w3.u-grenoble3.fr/fle-1-ligne/maitrise/son/jeune.mp3

 

Julien : …………..mec,……………….?

Fred : Ouais tranquille

Julien : J’peux te……………… une………………. ?

Fred : Tiens gars. C’est la ……………en ce moment c’est clair, j’ai plus une………….. en plus j’ai déjà tout …………….ce que mes parents m’ont donné Et toi mec ça roule ?

Julien : Ouais j’ai trouvé du …………….dans un magasin, j’ai un peu de tune et je peux m’acheter de la …………., pas besoin de mon……………., tranquille quoi.

Fred : Tu veux venir chez …………à 8h00. On ira …………ensemble après on bougera

Julien : Non mec, je vais au …………avec ma ………………quoi

Fred : Allez viens j’ te dit, après on ira faire la…………….. au café concert y ‘a de la bonne zik En plus ça va être trop………………. !

Julien : Ouais ça me ………………..bien. Je viendrai avec des ……………..

***

 

Mitterrand en 1985, Sarkozy en 2007 ont recouru au « langage jeune » pour des raisons de relations publiques avec cette partie de l’électorat qu’on appelle « les jeunes. »

Mitterrand, pas plus que les autres hommes politiques de l’époque, ne bénéficiait d’une bonne image auprès des « jeunes » : Le chanteur Daniel Balavoine prendra la parole de force à la télévision quelques temps avant les élections présidentielles de 1981 :

Ina Culte : 19 mars 1980
François MITTERRAND sur le plateau du journal d'Antenne 2 commente l'actualité du jour en répondant aux questions de Danièle BREEM et de Patrick LECOQ. Il est interrompu par Daniel BALAVOINE qui très en colère de ne pas avoir eu la parole jusqu'ici parle du désespoir de la jeunesse "la jeunesse se désespère" .

Balavoine :

« un petit merdeux qui a du culot » - « j’aurais pu dormir beaucoup plus tard » « ça n’intéresse pas la jeunesse de savoir que George Marchais, secrétaire du PC, accomplissait son STO dans une usine Messerschmitt »« ça intéresserait la jeunesse de savoir d’où le parti communiste obtient son argent pour le dépenser à Bagnolet » « la gestion de la mairie de Marseille par le socialiste Gaston Deferre » « On s’en fout de G. Marchais, on s’en fout des problèmes de drogues comme ils sont traités par les ministres français » « les ministres de la jeunesse sont tous des vieux, ils ne sont pas représentatifs ! » « A qui les travailleurs immigrés payent les 700 francs de loyer pour vivre des poubelles ? » « les affaires : Boulin (1979), Fontanet (1980), de Broglie (1976), du juge Renaud (1977) » « j’en ai d’autres ! » « les média ne donnent jamais la parole aux jeunes ! » « la jeunesse se désespère et lance un avertissement aux grandes personnes qui dirigent ce monde, elle n’a plus d’appui, elle ne croit plus en la politique française, le désespoir est mobilisateur et entraîne le terrorisme, la bande à Bader

Mitterrand :

« La façon de penser, de réagir, de s’exprimer par LEKRI et la musique typique de centaines de milliers de jeunes conditions de vie, banlieues, logement, loisir, béton et le chômage comme seule perspective et j’écouterai ce qu’il a à me dire. »

 

***

 

Vers la fin de l'exposé : note sur NTM et le mouvement Rap : une image médiatique ne correspondant pas toujours à la réalité du terrain, le problème des "émeutes de banlieues", bibliographie, dictionnaires, sources du corpus :

http://www.fr-tul.cz/clanky/descartes-ii.html

 

Komentáře

Přidat komentář

Přehled komentářů

Zatím nebyl vložen žádný komentář