Jdi na obsah Jdi na menu
 


La chute de la République Romaine

- Critique de l'idée d'invasion

- Chronologie : /+27 : le Sénat accorde à Octave le titre d'Empereur /+ 553 : fin de la guerre gothique et victoire de Justinien et de la pragmatique sanction.

- Le dessous des cartes :  les nouveaux Etats barbares suivent les frontières des diocèses de Dioclétien

- L'arianisme comme attribut interne à la culture romaine

- Révolte et destruction des Ariens - Mr Fadhel de la bridges-foundation.org

***

 

La République romaine ou la guerre des clans du Sénat

 

La notion trop simple « d'invasions barbares » ne peut expliquer à elle seule la chute de Rome. La chronologie des événements, autant que les cartes géographiques, mettent d'avantage en évidence une révolte des nouveaux « hérétiques », ariens, menacés de mort depuis l'appel au meurtre lancé par le pape Léon "le grand" et l'empereur Valentinien III en 447.

***

 

"Ce credo arianisant, moteur d'émancipation... 14."

 

Bruno Luiselli, « Le défi barbare » - fr.wikipedia.org

 

***

 

Critique de l'idée d'invasion

 

« Like the other western Germani encountered by Rome from the 1st century BC, the Alamanni were economically, socially, and politically far too weak to endanger the Empire. However, Roman rulers conjured up a ‘Germanic threat’, and exploited it for their own political ends. »

 

John F. Drinkwater The Alamanni and Rome 213-496: (Caracalla to Clovis) 2007, ISBN-13: 9780199295685 Published to Oxford Scholarship Online: January 2010 DOI:10.1093/acprof:oso/9780199295685.001.0001

http://www.oxfordscholarship.com/view/10.1093/acprof:oso/9780199295685.001.0001/acprof-9780199295685

 

Cette citation de John F. Drinkwater sur les Alamans ainsi que la carte disponible sur wikipedia...

(source wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Alemanni_expansion.png (comme l'immense majorité des sources de cette présentation, les indiquer toutes était impossible pour des raisons de temps, de place et de facilité de lecture.)

  

alemanni_expansion.png

« L'expansion des Alamans : 213 - 500 »

 

 ...corroborent parfaitement quelques éclairantes remarques relevées dans Histoire de la Franche-Comté (Cêtre, Besançon, 2006. ISBN 978-2-87823-151-9).  Elles permettent de donner un aperçu de la déconstruction, entreprise par les historiens eux-mêmes, de la notion commune « d’invasions barbares » quand il s’agit d’expliquer la « chute de l’empire. »

Après avoir admis la « relative certitude » des « vagues » de « peuplement » (p.61), les auteurs constateront qu’ « il reste à savoir ... si ces occupations sont d’origine extra-régionale ou d’une élite locale requise au modes franques » (p.64.) Ainsi l’apparition d’un nouveau style, caractéristique des objets découverts par l’archéologie, ne signifie pas nécessairement que des populations immigrées aient imposé leur technologie lors d'une subite arrivée. Ce changement, dans le style des objets de la vie quotidienne, peut simplement correspondre à un changement de mœurs et de mode de vie des populations locales.

Certes, des populations venues de l’étranger peuvent s’installer sur un nouveau territoire, mais en ce qui concernent la région de Franche-Comté, « l’arrivée des peuples nouveaux ne correspondit en rien au déferlement dont on a parfois indûment parlé » (p.66.) Au contraire « la migration des peuples » est un phénomène qui dura « pendant deux siècles et demi. » (p.62.) Autrement dit, l’arrivée supposée des « barbares » ne fût en rien subite et brutale, bien au contraire, elle s'avérera lente et progressive. Elle fût même organisée par les autorités romaines (système de foedus)

Autant la « rupture » semble difficile à démontrer quand les auteurs abordent le problème de la « chute » de l’empire, autant l’idée de continuité semble s’imposer : « mais preuve de l’absence d’une rupture brutale, les rois burgondes se montrèrent très profondément imprégnés de romanité : leurs monnaies étaient celles de l’empereur d’Orient » (p.66.)

En une phrase brève et percutante, Jacques Le Goff définit ceux qui par la suite deviendront des "envahisseurs" : « Ils n'étaient que la dernière génération de ces étrangers, Espagnols, Gaulois, Africains, Illyriens, Orientaux, qui étaient peu à peu parvenus aux plus hautes magistratures et à l'Empire. » (La civilisation de l'Occident médiéval. Arthaud, Paris, 1984. ISBN 2-7003-0458-6. P.31)

Une fois admise la faiblesse de la théorie de « l’invasion barbare » et la possibilité d’un changement au sein du pouvoir local, résultant d'une guerre des clans (prenant un prétexte religieux), la chronologie ci-dessous témoigne également de la présence sur place des « barbares » bien avant la date supposée de « l'invasion La force explicative réside davantage dans une politique progressive de restriction des libertés individuelles, entamée par les premières lois de Théodose !

La violence de la réaction des nouveaux « hérétiques » répondit à la violence de leur exclusion de citoyenneté romaine : guerres civiles opposant les armées de généraux partageant la même culture, parfois élevés par les mêmes familles (Attila et Aetius).  Ces coups d’état, menés par les évêques alliés à des généraux de clans de l'oligarchie sénatoriale, victimes des lois de ségrégation, impliqueront éventuellement l'intervention d'armées extérieures à l’empire. 

Il serait hasardeux et anachronique de vouloir accorder trop de valeur à l’aspect ethnique (Attila fut-il Hun, Odoacre Skire ou Hérule, Clovis enfin, Franc salien ?) Quand il s'agit d'évaluer le sentiment d'identité romaine, il ne faudrait pas que la vision « ethnique » fasse l'impasse sur une sociologie romaine de l'intégration fonctionnelle. 

L'édit de 212 démontre que la République romaine, même sous sa forme sénatoriale, reste une société ouverte. L'étendue de ses territoires, en fait une République multi-culturelle, dans laquelle les Citoyens,  malgré des origines ethno-géographiques différentes, partagent une même culture de la citoyenneté...de l'administration et de 15 à 20 ans de légion !

Le système d'échange d'otages a permis à l'élite culturelle de se "globaliser".

En 451, Flavius Aétius, le « dernier romain » à défendre la Gaule (possédant le commandement militaire sur ses alliés Francs) est né sur le territoire de l’actuelle Bulgarie (pourtant Aétius ne possède pas la réputation de Wisigoth, alors que ces derniers sont aussi passés par la Bulgarie.) Le territoire de la République est un monde cosmopolite, ou la désignation ethnique n’a plus d’importance face au sentiment de « romanité ».

Ce cosmopolitisme de la République romaine persistera encore longtemps sur les terres où elle a étendu son influence culturelle. En 591 le nouvel évêque de Paris est Syrien... (Grégoire de Tours, Histoire des Francs: « C'est alors que décéda Ragnemond, évêque de Paris et tandis que son frère le prêtre Faramond briguait l'évêché, un certain Eusèbe, marchand syrien de race qui avait fait de nombreux présents, fut nommé à sa place... » (Livre 10, chapitre 26 )

 

Repères chronologiques :

de la République impériale à la révolte des  "hérétiques" !

27 : le Sénat accorde à Octave le titre d'Empereur. - 553 : fin de la guerre gothique et victoire de Justinien et de la pragmatique sanction

 

27 : le Sénat accorde au consul Octave (du clan de César), le titre d’Imperator (titre militaire). Ce nouvel empereur s’accapare progressivement les pouvoirs des autres magistrats. Mais l’Empereur est toujours nommé par le Sénat. La République, S.P.Q.R.- la Romanie - tend à devenir un "empire" mais ne disparaît jamais officiellement, les lois fondamentales et les droits individuels des citoyens seront remis en cause progressivement.

Sous le règne du deuxième empereur (Tibère), les pouvoirs détenus par les assemblées législatives, ou comices, sont transférés au Sénat. (Source Wikipédia : Abbott, A History and Description of Roman Political Institutions)

La division des pouvoirs varie selon les époques et le résultat des luttes entre les classes. Son organisation la plus large, donc avant le règne de Tibère, au moment où la République est la plus démocratique, peut se décrire ainsi :

1 - les assemblées législatives : comices curiates (qui existaient déjà sous la royauté), comices tributes, comices centuriates, le concile plébéien / pouvoir législatif, judiciaire, élisent les magistrats

2 - Les magistrats / exécutif, judiciaire (ex : le tribun de la plèbe (droit de veto et de justice)…)

3 - le Sénat / exécutif, budgétaire, création monétaire.

Sous « l’empire », la lutte pour le pouvoir à Rome, se joue principalement entre l’armée, se choisissant une marionnette parmi les jeunes oligarques d’une part, et le Sénat (l’oligarchie patricienne) d’autre part. Le Sénat garde le pouvoir de refuser d’accorder le titre d’empereur (imperium) aux consuls. De leur côté, Les empereurs ont pouvoir de création monétaire (ce qui mène rapidement à une anarchie militaire) mais seul le Sénat peut autoriser que de l’argent public soit puisé au trésor.

 

 

En 212, l’empereur Caracalla publie un édit qui accorde la citoyenneté romaine à tous les hommes libres de l’empire.

235-268Anarchie Militaro-monétaire (anarchie de la création monétaire – Coup d’Etat des Généraux des provinces.)

244-245 - Philippe l'Arabe (Syrien) est un des empereurs de cette Anarchie militaire. Certains auteurs le désignent comme le premier empereur chrétien. Il est remarquable de constater que la note bibliographique de J. Helbé, (http://www.empereurs-romains.net/emp32a.htm#notice) aussi riche et détaillée qu'elle soit, peine à trouver une explication pleinement satisfaisante quand elle aborde le problème de savoir pourquoi les auteurs de l'antiquité tardive et du moyen-âge ne mentionnent que d'une façon très lacunaire la religion de Philippe. Dans sa présentation de sa traduction du Coran, le frère Bruno rappelle que les populations arabes de la république romaine furent christianisées par des missionnaires ariens. Si donc Philippe l'Arabe a été chrétien, alors il était de confession arienne. Ainsi on explique sans mal que les auteurs nicéens-catholiques plus tardifs aient cherché à faire oublier la religion de cet empereur tout en propageant le mensonge la "donation de Constantin" qui ferait de ce dernier le premier empereur nicéen.

270-275 - Règne d'Aurélien : un exemple de passation de pouvoir : A la mort de Claude II le Gothique, " Son frère cadet, Quintillus est proclamé empereur par la troupe et accepté par le Sénat mais l'armée du Danube lui préfère Aurélien. Une fois encore, c'est une armée qui impose son choix face à l'élu du Sénat."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_II_le_Gothique

Sous Aurélien

"L'idéologie impériale poursuit son évolution vers un pouvoir étroitement lié à un divin de tendance syncrétiste et monothéiste. Aurélien institutionnalise le culte solaire de Sol Invictus (célébré le 25 décembre, perpétuant le culte de MIthra), divinité très populaire dans les armées du Danube, et à laquelle peuvent adhérer aussi bien les Orientaux adorateurs de Baal d'Émèse que les élites cultivant le néo-platonisme. "

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aur%C3%A9lien_%28empereur_romain%29

En remportant la bataille de Châlon, les troupes d' Aurélien mettent fin à l'empire des Gaules

 

284 - Milan devient capitale

285Dioclétien entreprend la reprise en main financière et met en place la Tétrachie – 4 empereurs et consuls (généraux en chef des armées) sont chargés d’administrer une partie des territoires romains, il initie un processus qui aboutira à la séparation de la partie orientale et occidentale de la République.

295 – Le foedus est accordé aux Wisigoths en Thrace (Bulgarie.)

300 – Division administrative de l’empire en diocèses par Dioclétien qui promulgue (303-304) quatre édits universels interdisant le christianisme dans les villes d'Orient.

312 - Constantin part à la conquête de l'Italie et défait le César concurrent Maxence au pont Milvius - In hoc signo vinces !  - la garde prétorienne, combattant aux côtés de Maxence, fut anéantie dans la bataille et jamais reconstituée.

En 313 Constantin Ier publie l’édit de Milan mettant fin aux persécutions des Chrétiens et les autorisant à célébrer publiquement leur culte.

324 - 325 : la nouvelle « Rome »   Constantin transforme la cité grecque de Byzance en une « Nouvelle Rome », et  convoque le concile de Nicée.

337- Avant de mourir, Constantin se convertit au christianisme arien. 

340 - Bible de Wulfila...en langue gotique !

En 346, un nouvel édit de Constance ordonne la fermeture des temples païens, en interdit l'accès et punit de mort les contrevenants dont les biens doivent être versés au trésor impérial85. En 353, les sacrifices nocturnes, déjà interdits par Constantin et qui avaient brièvement été réautorisés par Magnence sont de nouveau frappés d'interdit86. Une loi de 356 précise que ceux qui enfreignent cette règle et qui sacrifient tout de même aux dieux païens sont susceptibles d'être condamnés à mort87. Des lois contre la divination et la magie prévoient également de livrer au bourreau les coupables, fussent-ils de hauts fonctionnaires88. Enfin, des lois contre les Juifs viennent également compléter cette législation contre les ennemis de la vraie foi puisqu'il leur est ainsi interdit de posséder des esclaves d'un autre peuple en 33989, tandis que les anciens chrétiens convertis au judaïsme doivent être spoliés de tous leurs biens au profit de l'État d'après un texte de 35290.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Constance_II#cite_ref-119

357/358 - Après sommation impériale, les évêques d'Afrique se rallient à l'arianisme (Augustin - p 212)

358 – Le Foedus est accordé aux Francs Saliens en Toxandrie (entre la Meuse et L’Escault) Le roi des Francs devient également général romain, nommé par l’empereur (un auteur anonyme fait remonter le premier foedus salien à 187.)

360 - « quatrième symbole de Sirmium » ou « formulaire de Sirmium » qui sera revu à Nikè puis à Constantinople (360) pour devenir un temps le credo officiel de l'Empire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Conciles_de_Sirmium

363 - L'empereur arien Julien est assassiné sur le champ d'une bataille en Parthie : Vicisti, Galilæe !

"Il est à noter qu’en ce qui concerne la mort de Julien, Ammien ne reproduit pas les descriptions de plusieurs auteurs païens selon lesquels l’empereur aurait été assassiné par un chrétien de sa propre armée;"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ammien_Marcellin#cite_ref-34

376 - Arrivé des Goths ariens persécutés par Athanaric et guidé par Fritigern et Alaviv jusqu'en en Mésie pour y bénéficier de la "protection de la République.' Ils y rejoignent les Goths de Wulfila réfugiés à Nicopolis depuis 350.

378 - Bataille d'Andrinople, l'empereur pro-arien Valens y est tué et remplacé par Théodose.

380 – Sous Théodose,  Edit de Thessalonique : l’empire devient "chrétien catholique", toutes les autres hérésies sont punies.

"Ces persécutions pouvaient s'appuyer sur un arsenal législatif sans cesse renouvelé et durci depuis Théodose Ier, dont l'historien pourtant ne dit mot.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Socrate_le_Scolastique

382 - Les Goths recouvrent leur statut de fœderati après les victoires militaires de Théodose.

391 et 392 Théodose ferme les temples des cultes « païens » les anciens cultes sont encore pratiqués à la campagne par les paysans = païens

395 - Mort de Théodose

400 - Bible de Jérôme...la Vulgate, traduction en latin

402 - Ravenne devient la capitale de l'Empire romain d'Occident

410 - Sac de Rome par Alaric (fin de l'Antiquité pour certains)

412 - Concile de Carthage : les convertis de l'arianisme étaient déclarés inéligibles aux Ordres sacrés, tandis que ceux qui avaient déjà été ordonnés étaient réduits à l'état laïque. https://fr.wikipedia.org/wiki/Agapet_Ier

418 - Par un traité d'Hospitalitas, installation des armées de Wisigoths en Aquitaine. Théodoric Ier choisit Toulouse comme capitale du nouveau royaume des Wisigoths.

435, 438 et 451 : trois édits de persécution générale furent lancés contre les nouveaux païens . Tout acte de « paganisme » était désormais passible de la peine capitale. Quant aux chrétiens non-catholiques (les Ariens notamment), un sort similaire leur fut réservé à partir de 447. (source wikipedia - Valentinien III)

435 - Premier foedus passé avec les Vandales en Afrique du Nord (royaume de Carthage)

En 439, à Toulouse, le romain Litorius est appuyé par des Huns, ennemis des Goths, pour attaquer la ville.

En 443, Aetius crée la « Sapaudia » (ce nom donnera « Savoie ») sur la partie méridionale de la Maxima Sequanorum et charge les troupes Burgondes d'en assurer la sécurité (hospitalitas).

446 – le Sénat nomme Aetius consul pour la troisième fois.

447 Aetius octroie à Clodion, chef des Francs, le statut de fédéré ainsi qu'un territoire autonome, au sein de l'Empire, autour de Tournai, que le Franc salien et ses descendants (Mérovée, si tant est qu'il ait existé, Childéric Ier et Clovis) seront chargés de protéger contre les autres „barbares“ tout en soumettant leur armée au commandement d'Aetius. 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aetius

 

Cette date de 447, année où le pape Léon appelle à l'exécution des hérétiques, correspond à une nouvelle étape d'une longue guerre civile, de type religieux et dont l'intensité varie aux cours du temps, opposant le clan des nicéens aux nouveaux hérétiques,  condamnés à mort : 

 

" (447) Une année de préparation à ce qui sera l'oeuvre maîtresse du pape ; éradiquer définitivement l'arianisme de toute les provinces des deux Empires" - Jean Bosmorin. Atilla et le complot du pape. 2012,p .95

 

En 451 se déroule la bataille des champs Catalauniques opposant :

 

Flavius Aetius ("le dernier des romains“) sénateur et généralissime des légions romaines qui obtint les titres de « patrice » nommé par l’empereur Valentien III et de comes et magister utriusque militiae (comte et maître des deux milices) en 443

„Il naît à Dorostolus ou Durostorum (aujourd'hui Silistra en Bulgarie) en Mésie à la fin du IVe siècle. Il est le fils de Gaudentius, un chef militaire scythe au service de l'empire romain élevé au titre de maître des milices (magister militum), puis de comte d'Afrique et d'une mère romaine. Elevé à la cour impériale de Ravenne, il fut ensuite envoyé comme otage à la cour d'Alaric, roi des Wisigoths, puis à celle de Ruga, roi des Huns (qui furent parmi les principaux rivaux et alliés de l'empire romain au Vème siècle), où il devient un ami du jeune Attila, neveu de Ruga (et son futur successeur); et...

Attila, élevé à Constantinople dans l'entourage impérial, revendique la Gaule, les provinces qu’il aurait du recevoir en dot lors de son mariage avec la soeur de l’empereur d’occident Valentinien III et au sujet duquel Cassiodor nous apprend qu'il aurait été "investi d'une autorité sans daigner en prendre garde"  (in Notice sur Jordanès,note n106, p.11 et p.16.)

Attila franchit le Rhin...à la tête d'une armée de 50 000 hommes, composée de la multitude de ses vassaux, tous en direction d'Orléans que devait livrer au Roi des Rois ses alliés Alains.

Mais sa marche est arrêtée à Orléans par Aetius qui a sonné le rappel des fédérés : Francs saliens (Clodion-« Mérovée » grand-père de Clovis), Armoricains, Bretons, Saxons, Burgondes, Ripuaires. D'une armée à l'autre, des parents vont s'affronter…

De même que chez les Wisigoths on pleura la perte du grand roi Théodoric Ier, du côté des Francs, le nombre des morts tombés lors de la bataille des Champs Catalauniques provoque la chute d'un roi. S'agit-il de Chlodion ou du mythique Mérovée? C'est donc Childéric 1er, le père de Clovis, qui lui succèdera. (Source http://chrisagde.free.fr/merovingiens/merovee.htm)

 

476 -  

En Italie, Odoacre, Hérule (?), officier de l’armée romaine et chrétien arien, mena la révolte qui détrôna le dernier empereur d’occident (« led the revolt that deposed the last Western Roman Emperor » source : http://en.wikipedia.org/wiki/Odoacer#Leader_of_the_foederati), il fut nommé « patrice » par l’empereur Zénon (les « Patriciens » sont les sénateurs anciens magistrats, ils constituent une noblesse héréditaire de sénateurs (Constantin réforma leur nomination, l’empereur fut dorénavant le seul à accorder le titre oligarchique de « Patriciens. »)

En Gaule et en Espagne, Euric étend le royaume des Wisigoths, prend l'Auvergne aux Romains, envahit la péninsule ibérique.

La partie occidentale de la République disparaît.

493 - Après trois années de siège, Théodoric le grand, ostrogoth arien, soutenu par Byzance ("Il fait frapper des monnaies aux effigies de l'empereur d'Orient") renverse et assassine Odoacre et fonde le royaume des Ostrogoths.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odoric_le_Grand

 

500 – Baptême de Clovis (496 / 508?) , premier Roi nicéen des Francs.

Après s'être allié l'ensemble des tribus franques et vaincu les Alamans à la bataille de Tolbiac, après s'être converti au dogme nicéen...

"The Frankish king Clovis converted from Arianism to Catholicism at the end of the fifth century."

(Charles Freeman, A.D.381. p.177, cité par : http://www.unrv.com/forum/topic/9392-clovis-arian-christian-before-roman-catholic/)

...Clovis deviendra le principal allié de l'empereur byzantin Anastase Ier qui le nommera Consul des Gaules.

"He was the most important Western ally of the Byzantine emperor Anastasius I...and honoured with an imperial consulship."

http://www.britannica.com/EBchecked/topic/122446/Clovis-I

En épousant la Burgonde catholique Clothilde, Clovis se laisse le champ libre pour accomplir la mission que lui a confié l'empereur byzantin : imposé le dogme de Nicée à la Gaule :

« Le roi Clovis dit à ses soldats : « Je supporte avec grand chagrin que ces Ariens possèdent une partie des Gaules. Marchons avec l’aide de Dieu, et, après les avoir vaincus, réduisons le pays en notre pouvoir ».

Grégoire de Tours, Histoire des Francs (livre II, 103-104) cité par : http://icp.ge.ch/po/cliotexte/le-moyen-age/royaumes.barbares.html

 

Vers 500 apparition du royaume des Burgondes. Sigismond se convertit au dogme de Nicée, nommé patrice en 513 et confirmé par Justinien Ier dans les titres de son père, dont celui de Magister militum per Gallias. Sigismond s'efforce lui aussi de faire disparaître l'arianisme de son royaume. (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sigismond_%28saint%29)

 

524Justin Ier publie un édit qui ordonnait la « fermeture immédiate de toutes les églises ariennes de Constantinople ; (l’)exclusion de toutes fonctions publiques, civiles et militaires, pour tous les citoyens reconnus comme sectateurs ariens19. » Il en résulta un conflit avec le chef des Ostrogoths, Théodoric. De confession arienne, Théodoric avait mené jusque là une politique de tolérance, assortie d'une stricte séparation des peuples Goths ariens et des Romains catholiques. En représailles, Théodoric jette le pape Jean en prison et fait fermer les églises nicéennes.

535 - Sous le règne de Justinien, Bélisaire, après avoir conquis très facilement la Sicile, se prépare à envahir l'Italie du roi des Goths, Théodat , c'est le début de la guerre des Goths qui durera jusqu'en 553 - Le pape Agapet Ier refuse l'ordination des ariens.

La Pragmatique Sanction de 554 remet tous les territoires de l’Italie sous la législation de l’Empire byzantin et redonne aux propriétaires terriens les terres qui avaient été aliénées par l’« immonde » Totila en faveur des paysans.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_des_Goths_%28535-553%29

 

...

 

Le dessous des cartes :  les nouveaux Etats barbares sont les diocèses de Dioclétien

 

source: euratlas - http://www.euratlas.net / Les diocèses de Dioclétien - http://fr.wikipedia.org /wiki/Fichier:Roman_Empire_with_dioceses_in_300_AD.png

L'Europe en 500

500_nord-ouest.jpg

500_sud-ouest.jpg

 

Si on constate une très nette fragmentation du territoire sur les îles britanniques, ces effets de division parcellaire deviennent beaucoup plus faibles en pénétrant dans le contient.

En se rapprochant du barycentre romain originel, la division de l'empire se contente de suivre de grandes lignes délimitant de vastes portions de territoires qui correspondent au découpage administratif des diocèses effectué par Dioclétien en 300.

Les diocèses de Dioclétien - 300

800px-roman_empire_with_dioceses_in_300_ad.png

Les ariens, séparés de l'église catholique, avaient essayé d'associer à leur schisme les donatistes d'Afrique.

Augustin, Epistola 44,

(cité par G.Folliet)

 

Conclusion :

La notion seule « d’invasions barbares » ne suffit guère à expliquer la chute de Rome.

En suivant la chronologie des événements en terme de tension et de répartition des pouvoir entre les clans s'excommuniant les uns les autres, et  en observant les cartes, on constate que les frontières des nouveaux "royaumes" correspondent à une réorganisation des diocèses romains préexistants.

La création et répartition des royaumes franc, burgonde d'une part, gothique, wisigothique d'autre part, remplaçant les territoires des Gaules de César, mettent en évidence une lutte opposant les Romains nicéens aux  Romains ariens, « barbarisés » par la ré-écriture de l'histoire et punis de mort à partir de 447.

 

 

***

 

L'arianisme est-il un critère extérieur ou minoritaire de la culture romaine ? 

 

L'histoire traditionnelle des Goths a rendu célèbre l'évêque Ulfila, qui traduit la bible en langue gothique, convertissant ainsi les "barbares"  (Goths, Ostrogoths, Wisigoths) à la forme arienne du christianisme.

Il en va de même pour tous les autres peuples "barbares" supposés "envahir" et provoquer la "chute de la République" :

Odoacre (Hérule ?) :

"Sa famille était arienne"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Odoacre#Patrice_d.E2.80.99Italie

Théodoric le Grand (Ostrgoth qui détrône Odoacre) :

"Théodoric est de foi arienne. "

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odoric_le_Grand

Francs :

"The Frankish king Clovis converted from Arianism to Catholicism at the end of the fifth century."

(Charles Freeman, A.D.381. p.177, cité par : http://www.unrv.com/forum/topic/9392-clovis-arian-christian-before-roman-catholic/

Alamans :

"La christianisation des Alamans se fit progressivement du VIe au VIIIe siècle. Certains historiens soutiennent que l’élite alémane, parmi laquelle le roi Gibuld, aurait pu être convertie à l’arianisme sous l’influence des Wisigoths dès la fin du Ve siècle21.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alamans#cite_note-22

Burgondes :

"Les Burgondes demeureront adeptes du christianisme arien jusqu'au règne de Sigismond au début du VIe siècle."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Burgondes#Exercice_du_pouvoir_et_religion

Vandales : convertis aussi par Ulfila,

https://fr.wikipedia.org/wiki/Burgondes#cite_ref-41

Gépides :

"Les Gépides faisoient profession de l'Arianisme" - article Gépide -

Dictionnaire universel de françois et de latin :

https://books.google.cz/books?id=VrdKAAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Suèves :

"Les Suèves, ariens faiblement christianisés, finissent au VIe siècle par entrer dans une longue période de tensions et de conflits avec les Wisigoths et se convertissent au christianisme nicéen vers 550."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_su%C3%A8ve

Lombards :

"Agilulf est le premier souverain lombard à se convertir à l'orthodoxie (culte nicéen) non sans entraîner de vives résistances au sein de son peuple. Ses successeurs, en effet, reviennent vite à l'arianisme "

https://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_lombard#La_r.C3.A9action_papale

Les auteurs du Coran, les Musulmans d'avant le prophète Mahomet :

http://www.fr-tul.estranky.cz/clanky/histoire-de-france/de-l-empereur-julien-au-prophete-mahomet.html

 

En supposant que la forme trinitaire (nicéenne) du culte chrétien serait la forme traditionnelle du christianisme sur les territoires de la République romaine, comment expliquer que ces "barbares" cherchant à se romaniser se soient convertis à une religion différente de celle de leur modèle de civilisation ?

N'est-il pas plus logique de supposer que, si TOUS les "barbares" sont ariens, c'est pour la raison que l'arianisme est la forme majoritaire du christianisme romain ?

" Aussi, lorsqu'un chef « barbare » se tourne vers le christianisme pour tenter un rapprochement avec les populations autochtones romanisées10, il opte plutôt pour l'arianisme17"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Clovis_Ier#cite_ref-20

Au début du IVe siècle, à Alexandrie, le prêtre Arius professe que le Fils n’est pas l’égal du Père. L’arianisme, lui-même constitué de différents courants, se répand rapidement dans l’Est de l’empire...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ammien_Marcellin

"Au milieu du quatrième siècle, l'arianisme est en pleine expansion dans les communautés chrétiennes de l'Empire au point qu'il devient le courant majoritaire au détriment du courant dit nicéen des tenants du Symbole de Nicée. "

https://fr.wikipedia.org/wiki/Conciles_de_Sirmium

L'empereur Constantin Ier : " On pense qu'il se convertit en 312, mais son baptême dans l'église arienne, lui, ne se fait que sur son lit de mort en 337"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Constantin_Ier_%28empereur_romain%29

357/358 - Après sommation impériale, les évêques d'Afrique se rallient à l'arianisme (Saint Augustin - p 212)

360 - « quatrième symbole de Sirmium » ou « formulaire de Sirmium » ( nom de la ville impériale de Sirmium en Pannonie. ) deviendra un temps le credo officiel de l'Empire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Conciles_de_Sirmium

363 - L'empereur Julien : "élevé dans la religion chrétienne (plus précisément dans l'arianisme, sous la direction des évêques Eusèbe de Nicomédie, puis Georges de Cappadoce)" est assassiné sur le champ d'une bataille en Parthie : Vicisti, Galilæe !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Julien_%28empereur_romain%29

En Illyrie c’est la foi arienne qui est la foi dominante et Martin qui est un fervent représentant de la foi trinitaire doit sans doute avoir de violentes disputes avec les ariens car il est publiquement fouetté puis expulsé. Il s’enfuit et se réfugie à Milan mais là aussi les ariens dominent et Martin est à nouveau chasséNote 20.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_de_Tours#cite_ref-23

L'arianisme est également bien présent sur les terres d'Hispanie

https://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_lombard

Si on se réfère aux votes dans les conciles du IVe siècle il semble que l'arianisme était solidement implanté dans ce territoire (Marquisat de Gothie : Aude / Hérault et Gard) dès cette période. L'arrivée des Wisigoths ariens dans le Sud-Ouest de la Gaule en 412 n'aurait alors fait que le restaurer ; et il a probablement persisté au-delà de la conversion officielle au catholicisme du roi wisigoth Récarède en 589, lors du IIIe Concile de Tolède. Il en est encore question au début du VIIIe siècle lors de la conquête musulmane

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marquisat_de_Gothie

 

***

 

Le génocide des Arianistes (Arissiens)

Mr Fadhel directeur de bridges-foundation.org

 

 

 

 

***

 

Dernière mise à jour : 29/08/2016

 

Komentáře

Přidat komentář

Přehled komentářů

Zatím nebyl vložen žádný komentář