Jdi na obsah Jdi na menu
 


L'Avant-garde expérimentale

Dziga Vertov

L'homme à la caméra,1929

La petite ville d'Odessa s'éveille. Un jour comme les autres s'annonce. "L'homme à la caméra" sillonne la ville, son appareil à l'épaule. Il saisit le rythme de la ville et, à travers lui, celui des vies qu'il croise. Sans parole ni sous-titre, sans acteur ni décor, le film est d'une grande richesse formelle et le montage y joue un rôle central. Film fondateur du Kino-Glaz (ciné-oeil), L'Homme à la caméra est une démonstration, visant à prouver que le cinéma, quand il s'éloigne du récit, est le seul à pouvoir rendre compte de la réalité.

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/2042_1

Ajoutée le 19 janv. 2018

***

 

Jean Vigo

 

A propos de Nice, 1929

À sa manière, et bien que muet, le film s'apparente aux symphonies urbaines. Mais le montage satirique souligne le caractère décadent des privilégiés de la Riviera française : derrière les hôtels écrasants avec leur personnel obséquieux, les casinos, les sports de luxe, les vieilles dames flanquées de leurs gigolos, rôde le spectre de la mort.
Jean Vigo, qui entendait s'inscrire dans le courant du documentaire social et reconnaissait sa dette envers Buñuel, définissait sa démarche comme la recherche d'un "point de vue documenté". Il s'évertuait à révéler la raison cachée d'un geste, à extraire la beauté ou l'image caricaturale d'une personne prise à l'improviste. La méthode de tournage consistait à saisir sur le vif les gestes, les actions, les attitudes, les expressions et de s'arrêter de tourner dès que les gens prenaient conscience qu'ils étaient filmés.
Le montage se charge d'analogies ; certains hommes évoquent les crocodiles, la démarche d'une femme suggère celle de l'autruche. Par la seule construction, par le jeu des contrastes, le cimetière, avec ses sculptures prétentieuses, se justapose à la promenade des Anglais, la lancinante répétition des cheminées d'usines rend absurdes les allusions érotiques, par le recours à la distanciation du ralenti, les ébats des jeunes filles qui dansent, apparaissent comme un exercice vain.
Quant il a tourné ce film, Jean Vigo avait vingt-quatre ans, il est mort cinq ans plus tard et sur une aussi courte carrière, il aura réussi, comme il en avait l'ambition, à nous "dessiller les yeux"

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/1897_0

Ajoutée le 21 nov. 2016

 

Zéro de conduite, 1933

(puis interdit d'exploitation jusqu'en 1945)

Les vacances se terminent et il est temps pour quelques garçons de revenir au collège, un lieu sans joie où les professeurs, des adultes obtus, leur infligent des punitions sévères et les privent de liberté et de créativité. Quatre d'entre eux, punis avec un « zéro » de conduite, décident de se rebeller, avec la complicité d'un nouveau surveillant, Huguet (Jean Dasté), plus proche de la mentalité des jeunes que de celle, rigide, des autres adultes.

C'est ainsi que se déchaîne une bataille le jour de la fête du collège, les adultes ont le dessous et les garçons peuvent courir sur les toits, enfin libres.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Z%C3%A9ro_de_conduite_(film)

Ajoutée le 16 mars 2013

 

L'Atalante

(le chaland qui passe) - 1934

Le marinier Jean a épousé Juliette, une fille de paysans de l'Oise. Ils vont vivre a bord de leur péniche "L'Atalante" des moments de bonheur et des moments de tristesse. L'équipage se compose d'un mousse et du père Jules, inénarrable personnage qui vit au milieu de ses chats. Mais Juliette, après la rencontre au bal musette d'un jeune camelot, quitte le navire. A bord de "L'Atalante" c'est la consternation jusqu'au moment où Jules s'en mêle. Dernier et unique long métrage de Jean Vigo qui mourut quelques jours après la réalisation du film qu'il ne vit jamais.

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=2305.html

Ajoutée le 10 mars 2015 par Public Domain Movies

 

Extraits :

La cabine du père Jules : le monde en miniature

Ajoutée le 23 oct. 2009

 

La scène du phonographe : la recomposition du réel

Mise en ligne le 13 mai 2008 BMX-FORCE

 

La scène de la plongée : le surréalisme motivé

Ajoutée le 12 sept. 2012 par criterioncollection

 

***

Very nice very nice

Arthur Lipsett - 1961 (Canada)

Mise en ligne le 4 févr. 2010 par xezene1

(1961). The first short film by the great Canadian avant-garde artist Arthur Lipsett.

Using scraps of film he found on the cutting room floor, he put this wondrous montage together, instantly earning a name for himself in the experimental film community. His work would go on to inspire many future generations of filmmakers -- most notably, a young filmmaker at that time named George Lucas.

***

Mise en ligne : 14. 6. 2012, dernière mise à jour : 29.01.2019

 

Komentáře

Přidat komentář

Přehled komentářů

Zatím nebyl vložen žádný komentář