Jdi na obsah Jdi na menu
 


1633, année terrible !

0

500- Clovis le Byzantin : Francorum Rex ou Rex Francorum ?

https://www.fr-tul.cz/clanky/histoire-de-france/Clovis-byzantine-rex.html

I

- Philippe Auguste et l'Ordonnance de 1190:  Roi de France ou Francorum Rex?

https://www.fr-tul.cz/clanky/histoire-de-france/philippe-auguste-mythe-premier-roi-de-france.html

II

1340 - Edouard III Plantagenêt, premier Rex Franciae ?

https://www.fr-tul.cz/clanky/histoire-de-france/1340----edouard-iii-plantagenet--premier-rex-franciae--.html

III

1633 - Année terrible pour la Lorraine et le Garde des Sceaux Charles de l'Aubespine, Louis XIII devient Roi de France !

Le premier roi de France, usant d'une nouvelle titulature dans la légende d'un nouveau sceau, frappant une nouvelle monnaie et inaugurant une nouvelle période de stabilité monétaire, garantissant l'immuabilité d'une nouvelle langue, grâce à la nouvelle Académie Française qu'il fonde en 1635, prendra également grand soin de donner un nouveau nom au territoire conquis sur lequel il étend sa nouvelle autorité de vainqueur.

Tous ces effets observés dans tant de domaines différents, s'imposent à l'esprit dans leur cohérence mutuelle insérée dans une  logique causale.

Ces observations poussent naturellement à se demander si une ordonnance ou une monnaie ornée d'une légende se référant à un Roi de France avant le coup d'Etat du 25 février 1633, ne serait pas un faux. Il n'est surtout pas à exclure que le second Louis XIII lui-même, soit à l'origine de la diffusion des premières contrefaçons.

***

Louis XIII devient Roi de France

 

1633, année terrible !

pour Charles de l'Aubespine et la Lorraine !

 

Si Henri III Plantagenêt aura probablement été le premier Rex Franciae (en latin), le premier Roi de France (en français) n'aura jamais été, contrairement à ce que prétend une légende tenace,  Philippe Auguste.

Il semble alors plus prudent de considérer que, sur le continent, le changement de titre se soit effectué beaucoup plus tardivement que 1222, date de la mort de Philippe II Auguste.

L'hypothèse Saint-Louis, évoquée par Claudette Beaune, ne trouve sa confirmation ni dans la légende du sceau, ni dans celle de la monnaie royale (notamment l'écu d'or frappé en 1266) qui font usage du canonique DEI GRATIA FRANCORUM REX (depuis1056 et Henri Ier)

Pour expliquer cette erreur de Claudette Beaune, il faut sans doute se référer à cette remarque de Louis Carolus-Barré (1976) qui constate qu'à l'époque de Louis IX, de rares actes adressés à des administrations territoriales du nord-est de Paris, ou les traités diplomatiques adressés aux Plantagenêts, sont rédigés en langue vulgaire et le Roy de France n'y apparait que comme traduction de Francorum Rex :

Dans cet ensemble rédigé en langue latine, il m'est arrivé [...] de trouver quelques actes en langue vulgaire [...] mais le texte de ces divers documents est conservé seulement en copie, et l'on n'a pas de mal à déceler qu'il s'agit de traductions faites sur des originaux rédigés en latin.

https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1976_num_120_1_13222

L'inventaire établi par Natalis de Wailly et publié en 1843, tout comme la base numérique des sceaux (http://www.sigilla.org)

Natalis de Wailly. Sur une collection de sceaux des rois et des reines de France.. In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1843, tome 4. pp. 484-485.

doi : 10.3406/bec.1843.451718
https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1843_num_4_1_451718
Consulté le 31 août 2020

démontrent sans ambigüités que, ce titre de  Francorum Rex, dont il est  encore fait mention par le sceau royal jusqu’en 1633, ne sera définitivement abandonné que par Louis XIII (1601-1643).

Fondateur de la Raison d'état, du Corps du Roy et de l'Absolutisme - simplement défini par l'Ordonnance du 15 janvier 1629, évoquant une dernière fois les Etats généraux, jusqu'à leur ultime convocation en mai 1789 -.

Louis XIII passe aussi pour l'une des figures les plus énigmatiques de la royauté française...

https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xiii/

... il est néanmoins reconnu comme fin stratège politique, spécialiste des coups d'Etat:

 Louis XIII organise un coup d'État, le (appelé « un coup de majesté »13), en faisant assassiner Concino Concini par le marquis de Vitry. Prenant le pouvoir, il exile la reine-mère au château de Blois

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_de_M%C3%A9dicis#cite_ref-13

La journée des Dupes désigne les événements des dimanche 10 et lundi 11 novembre 1630 au cours desquels le roi de France Louis XIII réitère contre toute attente sa confiance à son ministre Richelieu, élimine ses adversaires politiques et contraint la reine-mère Marie de Médicis à l'exil.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_des_Dupes

On s'aperçoit rapidement que la tradition commune manifeste une nette tendance à rendre cette figure royale mystérieuse...voire invisible.

Un article de franceculture.fr, retraçant l'historique de l'évolution de la langue française vers sa forme standard actuelle, ne pourra faire l'impasse sur la création de l'Académie Française, dont la mission était de créer une nouvelle norme:

Le français, comme langue écrite, est mis en place à partir du XVIIe siècle, avec la création notamment en 1635 de l’Académie française, chargée d’élaborer une langue normative, une langue de pouvoir.

On "oubliera" simplement de citer le roi à l'origine de la création de l'Académie. L'image d'illustration mettra en avant le fils:

Gravure représentant Louis XIV recevant en 1694 les membres de l'Académie française

https://www.franceculture.fr/sociologie/glottophobie-comment-le-francais-sans-accent-est-devenu-la-norme

Il est cependant indispensable de remarquer à quel point il est difficile, voire impossible, de trouver une documentation iconographique adéquate concernant Louis XIII. A ce jour, je n'ai trouvé aucune représentation de ses sceaux, même s'il existe quelques photos de fragments dont la légende est pratiquement totalement illisible. L'illustrateur de France Culture s'est très certainement heurté aux mêmes difficultés et s'est résolu à utiliser une gravure du fils en guise d'approximation.

La narrative contemporaine commune lui préfèrera son ministre, Richelieu, qui accapare toutes les attentions de la mémoire historique.

Une autre figure, pourtant fondamentale au sein du cabinet de Louis XIII, brille également par son absence dans certaines mémoires de la narrative.

Charles de l'Aubespine, héroïque Garde des Sceaux... 

Dans une lettre à Jacques Dupuy, datée du 2 avril 1633, l’éditeur des Epistolae ad Gallos (Hugo Grotius), Claude Sarrau, fit disparaître les noms de Charles de L’Aubespine, marquis de Châteauneuf...

https://www.cairn.info/revue-dix-septieme-siecle-2002-4-page-725.htm

Claude (sic.) de Laubespine, marquis de Châteauneuf, eut les sceaux le 14 novembre 1630 qui lui furent ôtés le 25 février 1633 avec la liberté.

Jean-Joseph Expilly. Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Volume 6. Liste des Chanceliers et des Gardes-Sceaux de France. 1770Page 698. 

https://books.google.cz/

...dont le destin romanesque ferait pâlir d'envie l'imagination d'un Stendhal, restera tout autant absent de le connaissance commune des dictionnaires...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Garde_des_sceaux_de_France#Sous_l'Ancien_R%C3%A9gime

https://fr.wikipedia.org/wiki/1633

...que des articles des spécialistes.

En effet, quand Daniel Gallet - Guerne publie en 1969 une synthèse des confiscations royales de 1629 à 1641 et qu'elle présente les membres de la Chambre chargée de rendre des arrêts de confiscations des biens et des personnes, elle n'oublie certes pas de citer Charles de l'Aubespine. Mais elle mentionne ce dernier seulement en tant que "chef du conseil du cabinet de la reine", et sûrement pas en tant que Garde des sceaux. Elle oublie tout autant de remarquer que Charles de l'Aubespine ne peut siéger à cette commission après le 25 février 1633.  Cet oubli est d'autant plus surprenant que l'auteur prend soin d'indiquer la limite des périodes, durant lesquelles les autres conseillers siégèrent à la commission.

Daniel Gallet - Guerne. Page 332, note 2 en bas de page:https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1969_num_127_2_449835

 

Louis XIII a d'abord été sacré roi des Francs en 1610:

Louis XIII. LUDOVICVS XIII DEI GRATIA FRANCOR"Vm REX Au contre-sceau, l'écu de France, timbré d'une couronne et supporté par deux anges assis. 1616.

https://www.persee.fr/docAsPDF/bec_0373-6237_1843_num_4_1_451718.pdf

 

Ce problème du changement de sceaux sous Louis XIII, plonge dans l'embarras, inconsciemment (?), les sigillographes professionnels et académiques de sigilla.org. Alors que les sceaux de la première époque sont parfaitement décrits...

 I - [1612 - 1627]

Le roi est assis sur un trône, sous un pavillon fleurdelisé dont deux anges écartent les courtines. Ses pieds reposent sur deux lions couchés dos à dos sur une estrade. Il porte une couronne sommée d’une fleur de lis et un manteau. De la main droite il tient un sceptre terminé par une fleur de lis et de la gauche une main de justice. Un cartouche situé à ses pieds porte la date de 1610.

Légende théorique: 
[LVD]OVICVS XIII [DEI GRA]CIA (un point) FRANCORV[M REX]
Langue de la légende: latin

http://www.sigilla.org/fr/sgdb/sceau-type/12864

... les sceaux de la seconde époque (dont la datation incohérente diffère de celle établie par Natalis de Wailly) pourraient passer pour des objets non identifiés par les observateurs. Ces derniers, malgré toute leur compétence, restent victimes d'un inconscient historique non psychanalysé, les poussant à confondre le latin et le français !
 
II - [1621 - 1628]
Le roi est assis sur un trône, sous un pavillon fleurdelisé dont deux anges écartent les courtines. Il porte une couronne sommée d’une fleur de lis et un manteau. De la main droite il tient un sceptre terminé par une fleur de lis et de la gauche une longue main de justice. (Les deux lions ont disparu ?)
 
Légende théorique: […] DIEV (un point) RO[…]
Langue de la légende: latin (sic !)
http://www.sigilla.org/fr/sgdb/sceau-type/12865

 

D'une manière générale, la précision dans le processus de catégorisation ne semble pas être le premier souci des rédacteurs de Sigilla.org, (tout comme le premier Louis XIII, François Ier, FRANCORVM . REX, y est aussi référencé comme Roi de France...

Déterminer la date du changement, Roi des Francs / Roi de France tel qu'elle apparait dans la catégorisation employée par Sigilla.org, et employée par la connaissance générale du langage commun, relèverait d'une psychanalyse de la connaissance historique. La page de la liste des Rois de France montre Robert II "le Pieux", sacré en 997 comme premier Roi de France, alors que son père Hugues Capet, fondateur de la dynastie est toujours référencé en tant que Roi des Francs:

Roi des Francs (Mérovingiens et Carolingiens + Hugues Capet)

http://www.sigilla.org/roi-francs-170

Roi de France (Capétiens - Hugues Capet)

http://www.sigilla.org/roi-france-15018

Depuis François Eudes de Mézeray, les grands spécialistes manifestent également une certaine "désinvolture" dans l'usage de ces catégories.

J. Le Goff, Pour un autre moyen âge. tel/Gallimard.1977. P.308., résume le début d'une nouvelle en latin rédigée entre 1185 - 1193 par un moine, Walter Map, résidant à la cour du Roi d'Angleterre. Le manuscrit raconte l'histoire du héros Henno, qui porte secours à "une jeune fille rescapée d'un naufrage d'un navire qui la conduisait vers le Roi de France qu'elle devait épouser." Si l'original contenait effectivement la catégorie de Rex Franciae, son authenticité en deviendrait douteuse. Du moins, la transcription en français montre un usage non problématisé de la catégorie, un usage sans précision, trop large, "désinvolte"...un usage d'autant plus désinvolte qu'il ne respecte pas l'expression originale (regi Francorum) de l'édition de 1914 à laquelle se réfère J. Le Goff : M.R. James, Oxford, 1914, p. 175 - consultable en ligne sur l'indispensable et salutaire archive.org :

https://archive.org/details/waltermapdenugis00mapwuoft/page/n217/mode/2up?q=Henno)

On observe la même désinvolture dans l'article de Charles Petit-Dutaillis, Études sur le « Registrum Veterius » et la date de quelques actes de Philippe-Auguste  (1938). Alors que toutes les citations des documents étudiés mentionnent le canonique Francorum Rex, Charles Petit-Dutaillis évoque systématiquement le Roi de France.

 

L'inventaire de Natalis de Wailly (qui permet de déterminer que la névrose historique était moins prononcée au XIXème siècle) nous donne une légende complète :

Louis XIII. LOVIS XIII PAR LA GRACE DE DIEV ROY DE FRANCE
et de Navarre. Dans le bas du sceau on lit : 1633.

https://www.persee.fr/docAsPDF/bec_0373-6237_1843_num_4_1_451718.pdf

 
Le site HeraldicAmerica ne manque pas de confirmer la nouveauté de la langue :
 
pour la première fois en français sur un sceau royal LOUIS XIII PAR LA GRACE DE DIEU ROI DE FRANCE.


http://pages.infinit.net/cerame/heraldicamerica/etudes/louis13.htm

***

 

Quels documents viendraient soutenir l'idée d'une existence du tire de Roi de France avant 1633 ?

 

Le problème des copistes et les traductions en langue vulgaire

En 1888, Elie Berger qui étudiait les Actes de Louis VII, résumait le principe d'incertitude en constatant que "ces lettres, que nous ne possédons plus sous leur forme première, ne prouvent rient contre les actes authentiques."

https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1884_num_45_1_447246

Louis Carolus-Barré (1976) remarque qu'à l'époque de Louis IX, de rares actes adressés à des administrations territoriales du nord-est de Paris, ou les traités diplomatiques adressés aux Plantagenêts, sont rédigés en langue vulgaire et le Roy de France n'y apparait que comme traduction de Francorum Rex -:

Ailleurs, dans la Douce France chantée par les poètes, c'est plus tardivement et de façon plus ou moins sporadique que l'on rencontre des actes en langue vulgaire, dans l'énorme masse des documents rédigés traditionnellement en latin.

La plupart de ces actes, encore assez peu nombreux, émanent d'échevinages urbains (ex. : Douai, Tournai, Metz -) ou bien de seigneurs de petite ou moyenne importance : chevaliers, écuyers, — parfois même (mais plus rarement) d'une autorité ecclésiastique.

https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1976_num_120_1_13222

La Douce France de Charlemagne 

"Sous les derniers Carolingiens, les comtes et les ducs furent devenus héréditaires dans leur commandemens, et ...  eurent réduit le roi de France à n'être plus que le seigneur de Laon..."

JOURDAN, DECRUSY et ISAMBERT, Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420...Paris. 1821. Tome I, préface p.LXXV 

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65212800?rk=42918;4

 Charles VIII : le Roi de France de Robert Gaguin (1485):

Au très chrétien et très excellent prince Charles huitième de ce nom roi de France

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111278r?rk=21459;2

https://www.fr-tul.cz/clanky/histoire-de-france/gaule-alesia.html

Le cas du roi Lear

La première trace écrite de la tragédie de William Shakespeare date de 1608, il s'agit du Quarto I, dont la version numérique est disponible en ligne : 

https://internetshakespeare.uvic.ca/doc/Lr_TextIntro/index.html

Il est effectivement fait mention de "France" et de son concurrent "Burgundy". Mais c'est uniquement par métonymie que le lecteur peut inférer qu'il est fait référence au Roi de France (de la même façon, le Duc de Bourgogne est simplement désigné par "Burgundy".) Ainsi "France" désigne, suivant les contextes, soit le territoire, soit le souverain de ce territoire.

Explicitement, le texte évoque le "Prince" de France, des "Lords" de France, ou encore le "Marshall" de France. Mais il n'est jamais fait état, explicitement, du "Roi" de France, sauf dans les didascalies précédant le texte et présentant les personnages (King of France.)

Il n'est cependant pas étonnant de trouver une référence au King of France dans la littérature d'outre Manche. En effet, à partir de 1340 et Edouard III, les souverains Plantagenêts ont porté le titre de Rex Angliae et Franciae.

Les problèmes numismatique et linguistique

Effectivement, l'étude des monnaies royales mène également à des résultats qui, même renvoyant à une époque assez proche, ne pointent pas directement sur cette date fatale de 1633.

Les légendes des monnaies n'apparaissent pas cohérentes.

Une monnaie (un quart d'écu) de Louis XIII portant une légende en latin du type Francorum Rex. et datée de 1616:

en latin:

LUDOVICUS XIII DG FRAN. ET NAVAR REX

https://www.saivenumismatique.fr/monnaies_r1/monnaies-royales-francaises_c49/louis-xiii-1610-1643_p189/g-27-1-4-ecu-a-la-croix-fleurdelisee_t365/1616-9-rennes-ttb-ttbplus_article_18951.html

et à la même date,

en français, du Roi de France comme le montre ce double tournois daté de 1616: 

LOVS XIII . R . DE . FRAN . ET . NAVA . A .

LOUIS XIII . Roi . DE . FRANCE . ET . NAVARRE . Atelier de Paris

https://www.saivenumismatique.fr/monnaies_r1/monnaies-royales-francaises_c49/louis-xiii-1610-1643_p189/g-5-double-tournois-buste-enfantin_t2767/1613-a-ttb_article_9549.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ateliers_mon%C3%A9taires_fran%C3%A7ais

Sous le règne d'Henri IV (Roi de Navarre en 1572 et "Roi de France" de 1589 à 1610) on observe aussi un changement, autant linguistique que titulaire. La légende de cet écu d'argent, frappé à La Rochelle et daté de 1590, utilise encore le Rex latin:

HENRICUS . IIII . D . G . FRANC . ET . NAVAR . REX .

HENRI . IV . DEI . GRACIA . FRANCORUM . ET . NAVARRAE . REX .

http://www.comptoir-des-monnaies.com/product_info.php/coin-henri-iv-14-ecu-1590-la-rochelle-vf3035-silver-sombart-4686-p-491407

Ce double tournois, en cuivre et daté de 1603, porte une légende en français désignant le Roi de France:

HENRI . IIII . R . DE . FRAN. ET . NAVA . A (inversé) .

HENRI . IV . ROI . DE . FRANCE . ET . NAVARRE . ATELIER DE PARIS .

http://www.comptoir-des-monnaies.com/product_info.php/henri-iv-double-tournois-p-30644

Le canonique par la Grâce de Dieu y est absent.

Mais il est bien présent dans la légende du célébrissime Louis d'or, monnaie frappée pour la première fois par...Louis XIII en 1640...mais toujours en latin : LVD.XIII.D.G. FR. ET. NAVAR. REX !

louis_xiii_gold.jpg

https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_(monnaie)#Louis_XIII_(1610-1643)

Vaquette du Béarn - 1612

LVDOVI• 13• D• G• F• ET• NA• REX

https://fr.numista.com/catalogue/pieces37347.html

En ce qui concerne le Double Tournoi, le "buste enfantin à la fraise" daté de 1611, utilise encore une légende en latin  :

LVDOVIC XIII DG FRAN E NAV REX.

https://fr.numiscorner.com/products/louis-xiii-double-tournois-buste-enfantin-au-col-fraise-1611-lyons-gadoury6#

La légende en français sur le "buste enfantin" est déjà présente en 1613 :

louis-xiii-double-tournois-1613-a-paris.jpg

LOYS XIII R DE FRAN ET NAVA

https://www.saivenumismatique.fr/monnaies_r1/monnaies-royales-francaises_c49/louis-xiii-1610-1643_p189/g-5-double-tournois-buste-enfantin_t2767/1613-a-ttb_article_9549.html

Buste lauré - LOYIS.XIII.R.D.FRAN.ET.NA1626 - R Villeneuve lez Avignons

https://honorat-numismatique.fr/monnaies/royales/louis-xiii-double-tournois-1626-r-2/

En plus de ces étrangetés numismatiques, que penser de cette autre incohérence, autant logique que textuelle, concernant l'ordonnance de Villers-Cotterêt (1539) sur l'usage du français et des langues maternelles du royaume, en lieu et place du latin, dans les décisions de justice et d'administration ?

Alors que dans le préambule, le législateur François Ier y prend le titre de Roy de France, il devra nécessairement authentifier son document et lui conférer autorité en y appliquant son sceau...en latin ...mentionnant le quasi éternel...

...FRANCORVM REX.

http://www.sigilla.org/fr/sgdb/sceau-type/2729

... ?

 

Malgré l'existence de ces documents, antérieurs à 1633, plongeant parfois l'observateur dans une certaine perplexité et laissant supposer la popularité d'une appellation commune désignant un Royaume de France...

Les Antiquitez chroniques et singularitez de Paris : ville capitale du Royaume de France, avec les fondations & bastimens des lieux, les sépulchres & épitaphes des Princes, Princesses & autres personnes illustres. Gilles Corrozet. Paris. 1561.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/5964-les-antiquitez-chroniques-et-singularitez-de-paris?offset=2

...d'autres éléments désignent néanmoins cette date de 1633 comme une année charnière, démontrant l'aspect brutal et inattendu de la rupture historique que constitue l'apparition du titre de Roy de France en lieu et place du Francorum Rex.

 

Nouveauté du titre Altesse royale

L'article Altesse royale (Encyclopédie. histoire. Tome I. Article Altesse royale. 1784. p.7) confirme qu'à cette date, on observe un changement général dans les usages des titulatures.

Altesse Royale : l'usage de ce titre commence en 1633.

https://books.google.cz/books?

Survivance de la Gaule

On observe aussi un changement dans les usages des géographes. En effet, sans Roi de France, il n'y a pas de France, mais des Gaules définies par Jules César.

Les Gaules de Jules César et Charles VIII

Les cartes : la Gaule de César (- 50) et la France de Charles VIII et de Robert Gaguin (1485), continuité ou rupture ?

https://www.fr-tul.cz/clanky/histoire-de-france/gaule-alesia.html

Source:

[Cédric-François] La Gaule a disparu il y a 3 siècles [SciencesCeFrLe]

от Седрик-Франсуа Леклерк

на Rutube.

Nova Totius Galliae Descriptio d'Oronce Finé (1538) :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Oronce_Fine#/media/File:UBBasel_Map_1538_Kartenslg_AA_123.tif

Nova Totius Galliae Descriptio de Gérard De Jode (1578) :

http://alteagallery.com/stock_detail.php?ref=15515&search=subject

Typus Orbis Terrarum d'Abraham Ortelius (1570) :

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/98/1570_Typus_Ortelius_mr.jpg

Gallia de Gerard Mercator (1589):

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b77114276

 

Nova Totius Geographica Regni Galliae Descriptio, d'Isaak Verbiest (1628):

sur cette carte d'avant 1633, Louis XIII apparait encore comme Roi des Gaules et de Navarre.

Ludovicus XIII D. G. Gallia et Navarrae Rex Christ

http://www.sothebys.com/en/auctions/ecatalogue/lot.71.html/2014/travel-atlases-maps-natural-history-l14401

Même si la description moderne du document évoque très approximativement un "roi de France",

http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/caran_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=03686

c'est bien en tant que Roi de Gaule et de Navarre (en latin) que Louis XIII (Ludovicus XIII) signe un traité d'alliance ave le roi de Suède Gustave-Adolphe en 1631

http://www2.culture.gouv.fr/Wave/image/archim/0010/dafanch06_s303522n00001_2.jpg

En 1601, Hugo de Groot (Grotius) publie une Lettre aux Gaulois (Epistolae ad Gallos), dans laquelle Gallicum regnum se confond avec Regi Francorum.

Edition de 1648

https://books.google.cz/books?id=DTbuLzr6XAYC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

En 1550, Jean Pillot publie un manuel de français destiné aux étrangers : Gallicæ linguæ institutio, latine sermone conscripta

Editon de 1563

https://books.google.cz/books?id=8M1lAAAAcAAJ&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

Et même si le moine Robert Gaguin en 1485 semble avoir ouvert la voie à l'assimilation entre la Gaule et la France moderne, c'est bien au plus tôt sous le règne de Louis XIII, que l'ancienne Gaule des rois des Francs disparait définitivement des cartes:

Charte de la France de François de La Guillotière : (1613)

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7200263k

Carte géographique des postes qui traversent la France : dédiée... / [par N. Sanson d'Abbeville] (1632)

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8490759k/f1.item.zoom

 

Alphabet 

Louis Barbedor exécuta un exemplaire de lettres françaises ou rondes, et Le Bé un exemplaire de lettres italiennes ou bâtardes. Le Parlement, après avoir examiné ces modèles, décida par un arrêt du 26 février 1633 « qu'à l'avenir on ne suivrait point d'autres alphabets, caractères, lettres et forme d'écrire, que ceux qui étaient figurés et expliqués dans ces deux exemplaires ».

http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3106

Stabilité monétaire

Le tableau présentant l'évolution de la contre partie en or de la livre Tournois montre que sans attendre 1640, la période de stabilité monétaire commença en 1633:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_(monnaie)#/media/Fichier:Contre_valeur_en_or_pur_de_la_Livre_Tournois.jpg

***

Le premier Roi de France, usant dès 1633, d'une nouvelle titulature dans la légende d'un nouveau sceau, frappant une nouvelle monnaie et inaugurant une nouvelle période de stabilité monétaire, garantissant l'immuabilité d'une nouvelle langue (et de son alphabet), grâce à l'Académie française qu'il fonde en 1635, prendra également grand soin de donner un nouveau nom au territoire conquis, qu'il fait inventorier par ses notaires (Courtade 1632) pour tenter de le soumettre à la "directe universelle du Roy".

Tous ces effets observés dans tant de domaines différents, s'imposent à l'esprit dans leur cohérence mutuelle insérée dans une  logique causale.

Ces observations poussent naturellement à se demander si des ordonnances, des monnaies ornées d'une légende, ou tout autre document se référant à un Roi de France (qui plus est en latin ?!?) avant le 25 février 1633, ne seraient pas des faux. Il ne faut surtout pas  exclure la possibilité que le second Louis XIII lui-même, soit à l'origine de leur première diffusion.

Rien de moins étonnant de la part de ce réputé faussaire de l'histoire, qui "restaure" le tombeau de Clovis, invente l'archéologie mérovingienne et inaugure la narrative de la fabuleuse dynastie :

http://www.fr-tul.cz/clanky/histoire-de-france/Clovis-byzantine-rex.html

***

Hypothèse :

Adoptant une stratégie comparable à celle mise en oeuvre par Henri III, qui devint premier Rex Franciae pour sceller une alliance avec les Flandres, le Francorum Rex de 1633 devait se parer d'une nouvelle légitimité sur les territoires du nouvel Etat pour revendiquer la Lorraine et y affirmer son autorité. Le nouveau Parlement de Metz sera en mesure d'enregistrer les décisions du tout nouveau Roy de France.

Mais pour accomplir ce coup d'Etat / coup d'éclat diplomatique, le futur Roi de France requerrait nécessairement la complicité, de gré ou de force, du Garde des Sceaux, garant de la matrice des anciens sceaux royaux qu'il fallait physiquement détruire et effacer des mémoires, avec le dernier des Rois des Francs et le remplacer par l'éternelle rumeur du Roy de France...

***

Le contexte du changement : de Réforme catholique et de Contre-Réforme , la guerre de Trente ans.

***

Marie-Catherine Vignal Souleyreau résume la séquence de la narrative autour de 1633:

L’année 1633 est marquée par d’indéniables progrès diplomatiques et territoriaux, grâce auxquels Richelieu dote le monarque d’ambitions spatiales à la mesure de la tâche accomplie depuis 1624. Son autorité bien assise, il entend assujettir les duchés de Lorraine et de Bar et imposer sa médiation aux protagonistes de la guerre de Trente ans. Tandis que les sceaux, enlevés au marquis de Châteauneuf, sont attribués à Pierre Séguier, le marquis de Feuquières impose l’arbitrage de la France à la ligue d’Heilbronn. La création du parlement de Metz, la prise de Nancy et le traité de Charmes débouchent sur la saisie féodale du Barrois et sur l’occupation provisoire des États du duc Charles IV.

https://www.researchgate.net/publication/281972033_Richelieu_a_la_conquete_de_la_Lorraine_correspondance_1633

***

Chronologie : vers 1633 et au de-là


1529, Soliman le Magnifique, "allié" de François Ier (qui avait été fait prisonnier après sa défaite de Pavie en 1525. 1536 - les Capitulations), avait tenté d'investir la capitale de l'archiduché d'Autriche

https://www.lefigaro.fr/culture/2019/02/16/03004-20190216ARTFIG00003-vienne-le-12-septembre-1683-les-turcs-boutes-hors-de-la-ville.php

1552 - 1555 : Henri II et Charlequint se disputent la Lorraine, Jindřichem II začal válku, dobyl Mety, Toul a Verdun

https://cs.wikipedia.org/wiki/Karel_V.#Ta%C5%BEen%C3%AD_do_Tunisu_a_boj_s_Franci%C3%AD

 

1628 - Le premier Louis XIII fait rénover le tombeau de Clovis (premier roi mérovingien)

1629 - Démilitarisation des places fortes féodales : 

https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1999_num_18_1_2018

15 janvier 1629  - Ordonnance du roy Louis XIII. Roy de France & de Navarre (sic. qui plaiderait en faveur de l'approximation de la datation de Sigilla.org  [1621 - 1628] ), sur les plaintes & doleances faittes par les deputez des Estats de son royaume convoquez & assemblez en la ville de Paris en l'année 1614. & sur les advis donnez à sa Majesté par les assemblées des notables tenuës à Rouen en l'année 1617. & à Paris en l'annéee 1626 - Michel de Marillac, maître des requêtes puis garde des sceaux Marillac , maître des requêtes puis garde des sceaux. Publié en Parlement.

...

Donné à Paris le premier iour de feurier, l'an de grace 1629, et de notre regne le dix-neuvième, et seellées du grand seau en cire jaune, Et plus bas, par le Roy par son Conseil, Signé, Carré.

https://archive.org/details/ordonnanceduroyl00fran/page/n3/mode/2up

 

L'ordonnance de Louis XIII fut présentée par son Garde des sceaux Michel de Marillac. C'est pour la dénigrer qu'on va l'appeler le « Code Michau. » Il avait été conçu afin de répondre à l’exigence de réforme suite aux vœux exprimés par les états-généraux et les assemblées des notables tout en tenant compte des ordonnances précédentes (les édits de juillet 1618 et de juin 1627) afin d’en obtenir l’exécution et des remontrances du Parlement de 1615.

https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/5317

Mais l'opposition la plus forte se manifesta contre l'article qui soumettait toutes les terres du royaume à la « directe universelle du roi » 

L’article 383 est devenu célèbre comme étant le premier document législatif où ait été énoncée d’une manière nette en France la théorie de la directe royale universelle. Désormais quand une terre sera prétendue allodiale18, dans les pays censuels, rien n’est changé : ce sera à l’alleutier à prouver la franchise de sa terre, soit à l’égard d’un seigneur subalterne soit à l’égard du roi. Dans les pays allodiaux, il faudra distinguer : contre un seigneur subalterne, l’allodialité sera toujours présumée ; mais contre le roi, il faudra maintenant la prouver par titres, car l’héritage qui n’a pas de seigneur est censé relever du roi. L’effet de l’article 383 du Code Michau est donc d’étendre à tous les pays allodiaux la règle :

« nul franc-alleu sans titre, quand il s’agit du roi » 

https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/5317

 

Les alleux nobles tombèrent sous la directe du roi. Le roi était seigneur direct de presque toutes les terres du royaume, de toutes les seigneuries au moins. Face aux seigneuries privées héritées du féodalisme, s'imposait dorénavant une seigneurie publique

Jean Gallet se réfère aussi à l'édit de 1692 - équivalent financier de la directe universelle du roi : " établit le principe de la directe royale universelle et imposa une taxe à ceux qui voulaient garder leur liberté".

https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1999_num_18_1_2018

De fait, l’ordonnance de Marillac bien que publiée pendant le lit de justice du 15 janvier 1629 n’a jamais été « enregistrée » par le parlement de Paris : les registres d’enregistrement du Parlement n’en contiennent pas le texte26.

26  Le registre des enregistrements du parlement de Paris AN X1a 8651 (30 mars 1627-11 août 1632) ne fait aucune allusion à un quelconque enregistrement du « Code Michau ».

Le comportement du parlement de Rouen se rapprocha de celui de Paris : il se dispensa de poursuivre l’examen de l’ordonnance après la journée des Dupes et le code n’y fut jamais enregistré28

28 La Table chronologique des édits registrés au parlement de Rouen, Archives départementales de Seine maritime E 57, n'en fait aucune mention.

Les parlements de Toulouse, Bordeaux et Grenoble ne rejetèrent pas l’ordonnance de Marillac en bloc mais se contèrent de repousser par remontrances les articles qu’ils estimaient contraires soit à leur jurisprudence soit à la coutume en vigueur dans leur ressort. Ils repoussèrent les articles 1, 53 et 54 sur l’exemple du parlement de Paris. L’opposition portait surtout sur les articles 124 à 126 ainsi que sur l’article 383.

Le « Code Michau » ne fut pas mieux accueilli aux parlement de Rennes, Aix et Dijon qui se signala également par son énergique opposition à l’article 383.

https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/5317#ftn26

Septembre 1629 - janvier 1630 : première fuite de Gaston d'Orléans en Lorraine.

1630 - Gaston d'Orléans (Monsieur), frère du roi, participe à la révolte du duc de Montmorency. À la tête d'une armée de mercenaires, il appelle le royaume à la révolte, avant de s'enfuir en Lorraine après la défaite d'Henri II de Montmorency à Castelnaudary

Il passa six mois en Lorraine et ne revint en France que le 30 janvier 1630, ayant reçu le pardon de son frère et gagné des avantages substantiels.

Quelques mois plus tard, contraint à l'exil après la journée des Dupes, il chercha de nouveau asile auprès du duc de Lorraine et, pour se faire accepter par celui-ci, demanda, en tant qu'héritier du trône de France la main de la princesse Marguerite, sœur du souverain.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marguerite_de_Lorraine

En 1631-32, il intrigue en Lorraine et publie un manifeste politique contre l'absolutisme.

En seconde noce, Gaston épouse Marguerite de Lorraine, en secret à Nancy, 2 janvier 1632. Mais le Parlement de Paris déclara ce mariage nul. Ayant rejoint sa mère, il fit célébrer son mariage une deuxième fois par l'archevêque de Malines dans les Pays-Bas espagnols, et là encore l'assemblée du clergé de France, poussée par Richelieu, annule ce mariage. Pardonné par le roi, le prince rentre en France mais son épouse y est interdite de séjour... Le couple se marie une troisième fois mais définitivement en mai 1643 (après la mort de Louis XIII, le 14 mai 1943.)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaston_de_France

6 janvier 1631 : premier traité de Lorraine passé avec Charles IV : le duc de Lorraine promet de n'entreprendre rien contre la couronne de France, et de se réunir à Louis XIII pour conserver l'indépendance de la confédération en Allemagne et soutenir la ligue catholique. 

Jourdan, Decrusy et Isambert, 

Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420...Paris. 1821. Tome 26. p.379

Juillet 1631 : l'infante Isabelle accueille Marie de Médicis aux Pays-Bas espagnols.

https://www.cairn.info/revue-dix-septieme-siecle-2006-2-page-301.htm

6 janvier 1632 : traité de Vic qui soumet le Duc de Lorraine à Louis XIII.

https://autour-de-vic-sur-seille.over-blog.com/2019/05/6-janvier-1632-le-traite-de-vic.html

22 juillet 1632 - Lors de la réunion des Etats du Languedoc, Montmorency déclare se rallier à Monsieur et fait arrêter l'archevêque de Narbonne, président des Etats, et Particelli d'Emery, l'envoyé de Louis XIII à Pézenas. Le Languedoc fait sécession.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_II_de_Montmorency

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Particelli_d%27%C3%89mery

30 octobre 1632 - Condamnation à mort du duc de Montmorency par le parlement de Toulouse.

14 janvier 1633 - Le parlement de Dijon condamne à mort, pour crime de haute-trahison, les ducs d'Elboeuf, de Montpensier (Gaston "de France", duc d'Orléans, frère du roi et qui épousa en première noce Marie de Bourbon-Montpensier) et de Goulas (Léonard, secrétaire des commandements de Gaston d'Orléans)

15 janvier 1633 - Création du parlement de Metz : L'édit de création précise que les évêques de Metz, Toul et Verdun, l'abbé de Saint-Arnoul de Metz et le gouverneur de Metz sont et demeurent des conseillers de droit de cette cour1, à qui sont accordés les mêmes droits, honneurs, prérogatives et privilèges qu'aux autres parlements de France.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Parlement_de_Metz#Cr%C3%A9ation

- le parlement se réunira le 26 août 1633 sous l'égide de son premier président, Antoine de Bretagne.

13 février 1633 : Galilée est arrêté par l'inquisition pour son Dialogue sur les deux grands systèmes du monde.

25 février 1633 - Le garde des sceaux Charles de L'Aubespine, Marquis de Châteauneuf, est emprisonné pour trahison (accusé d'espionnage au profit de Charles IV de Lorraine.) Louis XIII lui reprit les sceaux le 25 février 1633. Les sceaux seraient confiés à Séguier le 28 février 1633.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_de_L%27Aubespine

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_S%C3%A9guier

Charles de L'Aubespine avait été nommé Gardes des sceaux en 1630 après la Journées des Dupes.- remplaçant Marillac.

http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/L_Aubespine.pdf

https://gw.geneanet.org/arnac?lang=fr&n=de+l+aubespine&oc=0&p=claude

Le 25 Février 1633, le sieur de la Vrilliere, secrétaire des commandemens, eut ordre du roi d’aller retirer les sceaux des mains de M. de Châteauneuf, lequel remit aussitôt le coffre où étoient les sceaux ; & M. de la Vrilliere l’ayant remis au roi, retourna demander à M. de Châteauneuf la clé du coffre, qu’il avoit pendue à son cou : il fut ensuite conduit à Angoulesme.

https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Diderot_-_Encyclopedie_1ere_edition_tome_7.djvu/549

Devenu suspect auprès du cardinal de Richelieu après le procès des maréchaux de Marillac et de Montmorency, il rendit les sceaux le 25 février 1633, fût arrêté et conduit au château d'Angoulême où il demeura dix ans prisonnier. Les sceaux lui furent rendus en 1650, il les garda jusqu'en 1651 qu'il se retira des affaires.

"On n'a pas su bien certainement la cause de sa disgrace."

Encyclopédie méthodique  : histoire. 1784. p.473

https://books.google.cz/books?

Comme le fait déjà  J.C. Petitfils quand il prétend révéler les causes secrètes de l'assassinat d'Henri IV, la version commune contemporaine propose de "chercher la femme" pour expliquer dans son fond cette disgrâce :

" il ne tarde pas à trahir Richelieu pour les beaux yeux de Mme de Chevreuse2 : il lui révèle les projets de Louis XIII sur la forteresse lorraine de Moyenvic, et la duchesse en informe aussitôt le duc Charles IV (1633). Le cardinal lui ôte alors les sceaux pour les donner à Séguier3, et le fait jeter dans une prison du château d'Angoulême où il reste dix ans, tandis que Mme de Chevreuse est exilée en Touraine. "

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_de_L%27Aubespine

 

On peut sans doute éclairer ces obscurités des causes historiques par l'hypothèse d'un coup d'état mené par Louis XIII.

Il ne pouvait mener à bien son projet, sans exiger de leur Garde, la remise des Sceaux. Faute d'être complice, Charles de L'Aubespine se montra fidèle à sa fonction et à l'Etat qu'il servait et contre lequel conspirait le Francorum Rex. Les garants de la continuité des intérêts de l'Etat finirent par le récompenser de son courage d'incorruptible. Il fut libéré à la mort du second Louis XIII, en 1643, et rétabli dans ses fonctions en 1650-51.

Louis XIII ne pouvait mener à bien son coup d'Etat sans s'assurer de la bienveillance de nouveaux Etats alliés, déjà en guerre contre l'Empire  :

 

26 février 1633:

Traité d'alliance pour le maintien de la paix dans l'Empire, entre France et Duc de Saxe (Electeur), à Dresde.

Le traité est signé par mandat de Louis XIII - Franciae et Navarra Regismais  le texte signé par le Duc de Saxe continue de faire référence au Galliorum Regis - inclus dans un système l'opposant au Regis Romanorum

https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/exl-php/util/documents/accede_document.php?1655120207230


26 février 1633:

 Traité d'alliance entre la France et l'électeur de Brandebourg : Francia et Navarra Rex

https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/exl-php/util/documents/accede_document.php?1655122268102

26 février 1633: adoption de l'alphabet moderne.

28 février 1633: Les nouveaux sceaux sont confiés à Ségiuer.

30 juillet 1633: le Parlement de Paris prononce la confiscation du Barrois. Deux jours plus tard, les troupes françaises commencent à s’emparer de plusieurs villes. Bar-le-Duc est ainsi prise. Pas moins de six armées déferlent sur la Lorraine venant des quatre coins de l’Europe : Pologne, Hongrie, Bohême, Allemagne, Suède et Espagne. 

https://autour-de-vic-sur-seille.over-blog.com/2019/05/6-janvier-1632-le-traite-de-vic.html

 

1633 - 22 août : les troupes de Louis XIII assiègent Nancy18.

https://fr.wikipedia.org/wiki/1633

Le 26 août 1633, le parlement de Metz s’empare solennellement, au nom du roi de France, du pouvoir judiciaire dans les Trois Évêchés.

https://www.researchgate.net/publication/282005743_

La_creation_du_parlement_de_Metz_et_l'exercice_de_la_souverainete_francaise_en_Lorraine_au_debut_du_XVIIe_siecle

15 septembre : Traité d'alliance entre la France et les princes et les états protestants des cercles et provinces électorales de Franconie, de Souabe et du Rhin.

6 septembre : Traité dit de Nancy, le duc de Lorraine remet entre les mains du Roi, pour quatre année.

Jourdan, Decrusy et Isambert, 

Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420...Paris. 1821. Tome 26. p.379

Ce second traité de Lorraines tend à disparaitre de la narrative contemporaine au profit du traité du 20 septembre auquel il est associé (traité de Nancy-Charmes

Jourdan, Decrusy et Isambert n'évoquent pas le traité de Charmes, mais un troisième traité avec Lorraine, daté du 31 décembre (sans doute l'Edit de décembre 1633) et par lequel : le duc promet de donner passage aux Français en cas de guerre avec l'Allemagne, et livre la place de Marsal 

20 septembre: traité de Charmes, les troupes françaises envahirent pour la troisième fois le duché de Lorraine pour y rester jusqu'en 1637 (Nancy est attribué à Louis XIII pour 4 ans)

 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_IV_de_Lorraine

23 septembre 1633 (sic. 1632) - Arrêt du parlement de Metz, qui condamne François Alpheston à être rompu et brûlé vif, comme convaincu d'avoir conspiré contre la vie du cardinal de Richelieu. 

Jourdan, Decrusy et Isambert précisent en note que le condamné fut exécuté, après avoir en vertu d'une disposition de l'arrêt, été appliqué à la question ordinaire et extraordinaire, afin d'avoir les noms de ses complices; il en désigna quelques-uns en effet, qui furent poursuivis et condamnés par contumace.

Jourdan, Decrusy et Isambert, 

Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420...

Paris. 1821. Tome 26. p.383

17 décembre 1633 - Traité de paix entre le roi et Charles, duc de Lorraine. St-Germain-en-Laye. 

Jourdan, Decrusy et Isambert,

Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420...

Paris. 1821. Tome 26. p.389

Décembre 1633, le roi de France supprime les sceaux ordinaires de la justice dans les Trois Évêchés, remplacés par les armes de France. L’aigle impérial disparaît.

https://www.researchgate.net/publication/282005743_

La_creation_du_parlement_de_Metz_et_l'exercice_de_la_souverainete_francaise_en_Lorraine_au_debut_du_XVIIe_siecle

1633 - Richelieu fait rénover la Sorbonne et se fait construire un Palais, le Palais Cardinal, futur Palais Royal.

http://monumentshistoriques.free.fr/personnages/louis13.html

16 novembre 1635 - Philippe de Champaigne, peintre officiel du roi et du cardinal-ministre, reçoit commande du tableau "Louis XIII couronné par la victoire", qui porte pour légende le distique suivant : « Protegit auxilio socios, qui fortibus armis/ Regia deffendit, laesque jura Dei » (il protège par son aide ses alliés, lui qui avec des armes courageuses a défendu son royaume, et les droits de Dieu lésés). 

https://histoire-image.org/etudes/louis-xiii-couronne-victoire

14 mai 1643 - Mort de Louis XIII. On trouve un procès verbal de la destruction du grand sceau. Ce document unique dans les archives, laisse supposer que le principe du corps du roy résumé en "après moi, le déluge" doit se compléter par son équivalent "avant moi, le néant" !

 avec le procès-verbal de la destruction du grand sceau de Louis XIII et la fabrication du grand sceau de Louis XIV. Bien que de nombreuses traces archivistiques éclairent ce sujet, pour les XVIe-XVIIIe siècles, aucun exemple similaire n’a été retrouvé pour la période médiévale et moderne, d’où l’importance de ce texte. 

https://sceau.hypotheses.org/592#_ftn4

Puisque la destruction des sceaux de 1633 devait rester secrète, on peut supposer que les faussaires se sont résolus à détruire tous les procès verbaux précédents, afin de faire passer l'absence de documentation décrivant la destruction de 1633 comme un phénomène habituel.

1653 - A l'époque de Louis XIV, découverte du tombeau du deuxième roi mérovingien (Childéric) à Tournai.

1668 - Tournai est annexé par le Roi de France.

***

 

1633 - LOUIS XIII - PREMIER ROY DE FRANCE

sceau-de-louis-xiv.jpg

Le fils (à l'image du père) reposant sur deux lions couchés dos à dos - 1643

https://sceau.hypotheses.org/592

***

L'Europe des Nations modernes, 1648

europe_map_1648.png

https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9s_de_Westphalie#/media/Fichier:Europe_map_1648.PNG

***

Conclusion (?) :

En plaçant l'apparition du tire de Roy de France sous le règne de Philippe Auguste, une narrative postérieure prétend ainsi perpétuer une continuité imaginaire de l'Etat. Le nouveau et premier Roi de France devait légitimer son Coup de force, par une tradition reconstruite de toutes pièces.

L'analyse "récentiste" et "russocentrée" de Fomenko et Nosovskiy, s'appuyant notamment sur la biographie d'Anne de Kiev et de l'évangéliaire de Reims (peut-être un faux fabriqué par l'Etat Rus revendiquant l'autorité sur les territoires européens conquis), suppose que c'est un nouvel Etat libéré du joug "russe" / Rus', que cherche à légitimer le nouveau Roi de France -

Mais cette invention "récentiste" de Fomemko, dûment observée dans les problèmes astrophysiques soulevés par Robert Newton, et une fois psychanalysée de la parallaxe nationale de la lecture de l'histoire, et du fait que cet Etat "Rus", que Fomenko et Nosovsiy viennent de découvrir, suit les lois de fonctionnement de tout POUVOIR réécrivant également ses propres MENSONGES d'existence éternelle et de dynasties antérieures, pourrait aussi s'interpréter comme une volonté d'oubli de la France des Maures)

1450 - L'Alsace des Maures :

Wild Men and Moors

wild_men_and_moors_-detail_09_of_12-.jpg

Series of scenes (left to right), wild men attacking Moors in castle, wilk men fighting with lion, dragon, and unicorn...

Museum of Fine Art Boston

https://collections.mfa.org/objects/106003

Vers les années 1530, François Rabelais ne manquait pas de remarquer que le centre du rayonnement des civilisations n'était pas vraiment situé au Kazakhstan: "Afrique apporte toujours quelque chose de nouveau" (Gargantua, chap. XVI.)

Et s'il fallait flatter un vulgaire petit roitelet français, ce n'est certes pas à un nomade des steppes asiatiques qu'on le comparait : "le Soudan n'est pas comparable à votre puissance" ( Chap. XXXII)

Sans parler de l'Irlande déjà peuplée par : "a small dark race called the Fir Bolgdans" ( Leabhar Gabhla, the Book of Invasions cité par SOTT )

Sans parler des centaines de Vierges Noires à travers l'Europe entière, sans parler de la République romaine africaine de sa seule géographie, de Saint Maurice et des légions thébaines et des catégories de la représentation imposées par El Greco.

 

Avant le changement de régime, le Francorum Rex, général en chef des Francs, soumis à l'Empire de la Rus', n'imposait que la "race franque" pour payer son dû à la capitale, la ville de l'empereur (Constantinople(?)): 

Du vieux slave qui donne le bulgare Цариград, Carigrad, le russe Цареград, Caregrad, le slovaque Carihrad, le polonais Carogród ; composé de car (« tsar ») et de hrad (« château, ville »), littéralement « ville de l’empereur ».

https://fr.wiktionary.org/wiki/Ca%C5%99ihrad

Après le changement de régime de 1633, les biens et possessions des indigènes des territoires européens de la Rus ("les contrées vides" dans la narrative de Fomenko), furent d'abord inventoriés et répertoriés sur des registres royaux (du type de ceux du notaire Courtade) avant d'être fiscalisés.

L'Edit de Caracalla de 212 fournit le modèle du processus d'imposition des nouveaux citoyens que la narrative officielle désigne comme "paysans":

La citoyenneté a été accordée aux pérégrins, hommes nés libres dans l'Empire mais n'étant pas citoyens. La plupart des paysans ne vivant pas en Italie ont aussi gagné la citoyenneté.

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89dit_de_Caracalla

On intima à ces "paysans" (bientôt appelés "païens") de décider:

L'impôt ou la mort !

Alors que les généraux putschistes de l'ancienne Rus' se partagèrent leurs nouveaux Etats, exactement à la façon du congrès de Berlin de 1885, les indigènes qui ne purent s'enfuir des régions soudainement devenues hostiles, et théâtre de la guerre de reconquête, trouvèrent refuge dans les plus profondes forêts.

C'est également ce que suggèrent les études génétiques de Brian Sykes sur un échantillon d'Abkhazie (The Nature of The Beast. 2014):

Zana’s ancestors could have left Africa before the Laran exodus of 100,000 year ago” and “they might well be still there [in the Caucasus Mountains] to this day, living as they have for millennia somewhere in the wild valleys that radiate from the eternal snows of Elbrus,”

https://www.isu.edu/media/libraries/rhi/book-reviews/Nature-of-the-Beast.pdf

La théorie soutenue par Fehmi Krasniqi,sur la nécessité absolue poussant les premiers résidents à quitter les contrées lointaines, explique facilement que les géoglyphes de Nazca puissent passer pour un message d'aide, incompréhensible des génocidaires barbares, mais parfaitement clair aux réfugiés désespérés de retrouver la sécurité et le confort de la terre ancestrale.

Après l'extermination totale des premiers résidents sur le continent vers 1685, on édita un code noir pour garantir la pérennité du commerce outre-mer.

 

12 sept. 2021

https://www.youtube.com/watch?v=Kk7q2K0TjCQ

?

***

Bibliographie - sitographie

1572 - Ordonnance du 3 novembre sur les Réparations des Eglises. Cité par l'Ordonnance de 1625, XXX, page 22.

1584 - Ordonnance concernant la pêcherie. Cité par l'Ordonnance de 1625, XXX, page 290

Documents publiés en 1633

https://data.bnf.fr/fr/date/1633/publications/page1

Daniel Gallet - Guerne. Une conséquence des troubles féodaux sous Louis XIII : les confiscations royales de 1629 à 1641.

https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1969_num_127_2_449835

Registres des ordonnances :  lettres patentes, édits et déclarations du roi enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Louis XIII (1610-1633)

https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_053944

DE LA COMMISSION À L'OFFICE DE LA COURONNE : LES GARDES DES SCEAUX DE FRANCE DU XVI e AU XVIII e SIÈCLE

Bernard BARBICHE. Bibliothèque de l'École des chartes
Vol. 151, No. 2 (Juillet-Décembre 1993), pp. 359-390

Ordonnance du roy Louys XIII. roy de France & de Nauarre, sur les plaintes & doleances faites par les deputez des estats de son royaume, conuoquez & assemblez en la ville de Paris en l'année 1614. & sur les aduis donnés à Sa Majesté par les assemblées des Notables, tenuës à Roüen en l'année 1617. & à Paris en l'année 1626.

https://archive.org/details/ordonnanceduroyl00fran 

F. Loirette- Un épisode des résistances locales aux empiètements du pouvoir royal : la défense du franc-alleu agenais au XVIIe siècle [article] Annales du Midi  Année 1959  71-47  pp. 249-267

https://www.persee.fr/doc/anami_0003-4398_1959_num_71_47_6273#anami_0003-4398_1959_num_71_47_T1_0264_0000

Recueil de jurisprudence canonique et beneficiale, par ordre alphabetique: avec les pragmatiques, concordats, bulles et indults des papes, ordonnances, edits & declarations de nos Rois, arrets et reglemens intervenus sur cette matière dans les differens Tribunaux du Royaume, jusqu'a present. Par M.e Guy Du Rousseaud de Lacombe, ... Sur les memoires de feu M.e Fuet, ..

Guy Du Rousseaud de la Combe

Chez Knapen, Libraire, au Palais, 1771 - 1006 pages

https://books.google.cz/books?id=fShw7tykzMIC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

L'ORDONNANCE DE VILLERS-COTTERÊTS ET LA LANGUE FRANÇAISE: HISTOIRE OU INTERPRÉTATION? Author(s): Danielle Trudeau Source: Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance , 1983, T. 45, No. 3 (1983), pp. 461-472 Published by: Librairie Droz Stable URL: https://www.jstor.org/stable/20676909

 

Le « Code Michau » : la réformation selon le garde des Sceaux Michel de Marillac

Lauriane Kadlec

https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/5317

THOLOZAN, Olivier. Chapitre I. Les instruments aristocratiques de la critique In : Henri de Boulainvilliers : L’anti-absolutisme aristocratique légitimé par l’histoire [en ligne]. Aix-en-Provence : Presses universitaires d’Aix-Marseille, 1999 (généré le 23 juillet 2022). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/puam/318>. ISBN : 9782821853287. DOI : https://doi.org/10.4000/books.puam.318.

https://books.openedition.org/puam/318#bodyftn119

Déclaration du Roy pour donner aux assesseurs la qualité de conseillers du Roy, et qui leur attribue des gages. Registré en Parlement De Paris le 21 octobre 1692

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8601740s

E. Andt, « Sur la théorie de la directe universelle présentée dans l'Édit de 1692 », Revue d'Histoire du Droit, 1922, T. XLVI, pp. 604-636. cité par Jean Gallet (1999) Les transformation de la seigneurie en France entre 1600 et 1789.

https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1999_num_18_1_2018

Jean Gallet (1999) Les transformation de la seigneurie en France entre 1600 et 1789. qui cite Anne Blanchard. "Vers la ceinture de fer, milieu du XVIème début du XVIIIème siècle" dans Histoire militaire de la France. 1992

https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1999_num_18_1_2018

***

0

500- Le premier Roi des Francs : Francorum Rex ou Rex Francorum ?

L'indépendance très progressive des royaumes des Francs et des Burgondes...

614-759 : vers la fin des Mérovingiens et la conquête de la Bretagne...

1633- De la fabuleuse existence des Mérovingiens: une invention de Louis XIII ?

500 – Baptême de Clovis (496 / 508?), premier Roi catholique (nicéen) des Francs dans le roman national. Les documents archéologiques et textuels semblent le désigner comme un Consul ou un Patrice romain. Eventuellement Rex Bellorum. La légende Francorum Rex ou Rex Francorum est une invention tardive. 

https://www.fr-tul.cz/clanky/histoire-de-france/Clovis-byzantine-rex.html

I

Philippe Auguste et l'Ordonnance de 1190:  Roi de France ou Francorum Rex?

La réponse de l'Ordonnance-testament : 1190

La réponse des sceaux: Natalis de Wailly, 1843...

- Philippe II et l'Ordonnance de 1190 : du système féodal vers le système monarchique, l'alliance du roi et de la bourgeoisie parisienne...

- Sitographie et documents

- Philippe Auguste dans l'actualité, 24/04/2016

https://www.fr-tul.cz/clanky/histoire-de-france/philippe-auguste-mythe-premier-roi-de-france.html

II

1340 - Edouard III Plantagenêt, premier Rex Francie

Dans le contexte de concurrence entre les souverains des deux côtés de la Manche pour le contrôle des Gaules,  c'est Edouard III Plantagenêt, cherchant à se rallier les Flandres au dépend de Philippe de Valois, qui adopte le titre de Roi de France et devient Rex Angliae et Franciae (sic.) et Dominus Hiberniae (1340).

https://www.fr-tul.cz/clanky/histoire-de-france/1340----edouard-iii-plantagenet--premier-rex-franciae--.html

III

1633 - Année terrible pour la Lorraine et le Garde des Sceaux Charles d'Aubespine, Louis XIII devient Roi de France !

***

Première mise en ligne: 10/09/2020

Dernière mise à jour: 01/09/2022

 

Komentáře

Přidat komentář

Přehled komentářů

Zatím nebyl vložen žádný komentář